3ème Forum de l investissement en oléiculture : La labellisation s impose

3ème Forum de l investissement en oléiculture : La labellisation s impose

Le secteur oléicole est-il porteur d’investissement? La question a été posée, jeudi à Skhirat, par Tarik Sijilmassi, président du directoire du Crédit Agricole du Maroc, à l’occasion du 3ème Forum de l’investissement dans le secteur oléicole.
Pour lui qui a constaté un ralentissement de l’intérêt porté à la filière, bien qu’elle se positionne parmi les priorités nationales, l’oléiculture est porteuse d’investissement et a un caractère stratégique. «La filière doit être prise comme un projet de société puisqu’elle façonne notre paysage rural», a insisté M. Sijilmassi qui a également appelé à la création d’un label Maroc pour l’huile d’olive.
«Il faut trouver les bons moyens pour la commercialisation de ce produit», a-t-il avancé en promettant l’organisation d’un autre forum sur la céréaliculture en mai ou juin prochains. Cette commercialisation, marquée par des points de faiblesse, a été soulevée par Ahmed Ouayach, président de la Comader, qui s’est félicité de la tenue de ce 3ème forum à quelques jours du Salon international de l’agriculture à Meknès. «Cette situation nous impose à être vigilants. Et j’espère que les pouvoirs publics porteront de l’intérêt à la commercialisation», a martelé M. Ouayach qui a attiré l’attention sur l’importance des plantations dont la cadence demeure faible surtout que le Maroc dispose de zones favorables à l’extension de superficies s’apprêtant à ces plantations. A son tour, la productivité demeure faible du moment qu’elle se situe à 1,2 tonne/hectare et donc insatisfaisante à l’échelle internationale. De plus, la filière souffre du recul des exportations et l’absence de labellisation.
D’où l’utilité de respecter le contrat-programme signé en 2009 avec le ministère de l’agriculture et de la pêche maritime. En effet, cette mouture prévoit d’atteindre, à l’horizon 2020, une superficie de 1.200 hectares et une production de 2,5 millions de tonnes et de 120 mille tonnes à l’export, voire la création de 300.000 emplois, ainsi que l’installation de nouvelles unités de production. Le tout permettra aux différents intervenants au secteur, allant des producteurs aux pépiniéristes, de tirer bénéfice des richesses que procure la filière oléicole.
Pour rappel, la 3ème édition du Forum de l’investissement dans le secteur oléicole se veut un carrefour de rencontres de tous les acteurs du secteur oléicole pour échanger leurs expériences et expertises. Au menu de cet évènement, figurent des débats entre les institutionnels et professionnels autour des acquis réalisés dans le cadre du Plan Maroc Vert, des avancées de la recherche agronomique, des perspectives du développement, ainsi que des nouvelles opportunités d’investissement dans la filière oléicole.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *