3ème Forum régional de la sécurité sociale pour l’Afrique 2014: Le Maroc, référence continentale

3ème Forum régional de la sécurité sociale pour l’Afrique 2014: Le Maroc, référence continentale

Le Maroc sert d’exemple en matière de sécurité sociale. C’est ce dont témoigne l’Association internationale de la sécurité sociale (AISS).

L’organisme international qui tient depuis mercredi la troisième édition de son forum régional pour l’Afrique, félicite le Maroc pour sa démarche innovante en la matière. L’introduction de nouveaux services de gestion et la pertinence des réformes engagées sont les principaux attributs qui distinguent le Royaume des autres pays adhérents de l’AISS. 

«Le modèle marocain ne cesse de nous impressionner. L’administration de la sécurité sociale au Maroc est une référence en termes de qualité», explique Hans-Horst Konkolewsky, secrétaire général de l’AISS , tout en mettant en exergue les méthodes modernes de gestion déployées par le Maroc pour améliorer l’adhésion des entreprises et des contributeurs au système de la sécurité sociale. Autre démarche ayant séduit les membres de l’Association internationale de la sécurité sociale : la création de l’assurance du chômage

«L’adoption en juin 2014 d’une loi sur l’assurance chômage au Maroc constitue une autre nouveauté importante dans la région Afrique», relève l’association dans un rapport portant sur les approches stratégiques pour renforcer la sécurité sociale. En effet, cette assurance permettra aux travailleurs en inactivité de percevoir, selon des critères bien définis, une indemnité égale à 70% de leur salaire mensuel moyen. En commentant la situation marocaine, Said Ahmidouch, directeur général de Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), a mis en exergue les principaux enjeux à relever pour les années à venir. Le souci principal du Maroc reste l’extension de la couverture sociale à toute la population active du Royaume. Un objectif qui, certes, n’est pas facile à atteindre mais les acteurs nationaux restent optimistes.

«2015 marquera une nouvelle étape dans l’histoire de la sécurité sociale. Pour réussir ce challenge, capter cette population et lui apporter le service attendu, il faut déployer de nouveaux moyens de gestion», indique dans ce sens M. Ahmidouch. Et d’ajouter que  «le Maroc ne trouve aucun mal à s’inspirer des expériences africaines dans ce sens, notamment celles entreprises au Maghreb».

En établissant un panorama africain, les chiffres ne reflètent pas une tendance commune. Et pour cause : la particularité sociale et économique de chaque pays. Ces différenciations créent des écarts énormes dans la région. A titre d’exemple, le continent compte 20% de bénéficiaires en assurance maladie. Par contre, le Maroc recense près de 60% de bénéficiaires. En contrepartie, le Maroc, comme indiquent les acteurs, a du chemin à parcourir en matière de retraite. Un acquis déjà gagné pour la Tunisie et l’Algérie. 

Les acteurs de la sécurité sociale plaident, par ailleurs, pour le renforcement de l’engagement des pouvoirs publics. En effet, cette implication est vitale pour le système social et économique, mais pas autant que celle des entreprises et des salariés. Les contributions de ces derniers permettront d’enrichir l’épargne à long terme. Ainsi , cet investissement est considéré comme l’un des leviers principaux à la création des richesses tant bien au Maroc qu’en Afrique.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *