3èmes Assises nationales de l exportation

3èmes Assises nationales de l exportation

La ville de Skhirat a vu hier mardi l’ouverture du 1er forum marocain du commerce international au même titre que les 3èmes Assises nationales de l’exportation dont le thème était «Commerce extérieur compétitif, croissance économique soutenue». Cet événement a été fortement marqué par la présence du chef de gouvernement, du ministre de l’industrie, du commerce et des nouvelles technologies, du président de l’Association marocaine des exportateurs (ASMEX) et de la présidente de la Confédération générale des entreprises du Maroc. L’ouverture des travaux a été précédée d’une ambiance décontractée entre musique de guitare classique et des fumigations de bois d’aloès. Une atmosphère qui n’a d’ailleurs que peu duré. En effet, ce seraient les propos fermes tenus par Miriem Bensalah-Chaqroun à l’égard du gouvernement Benkirane qui auraient crispé le climat de cet évènement, une heure à peine après le début de la séance d’ouverture. La présidente de la Confédération estime que «dire que la croissance des exportations a progressé relève d’une lapalissade. Depuis le début de 2012, le déficit de la balance commerciale s’est aggravé et la valeur ajoutée de nos exportations s’est appauvrie», martèle Mme Bensalah qui a ajouté que face à ces constats, la confédération qu’elle préside a créé de nouvelles commissions, coprésidées par des représentants du gouvernement, et sont chargées de l’export pour répondre à une cartographie d’export plus adaptable à l’économie du pays. Selon la présidente de la CGEM, lesdites commissions se tiennent environ chaque mois. A ce moment-là, M. Benkirane a pris la parole pour préciser: «je n’ai pas encore eu de bilan».
Le chef de gouvernement, qui a eu l’honneur d’inaugurer l’événement et préféré s’exprimer en arabe, a indiqué que son équipe veille à prendre de nouvelles mesures pour promouvoir les exportations. Pour lui, «la diversification du produit national destiné à l’international demeure une nécessité urgente». En effet, le gouvernement s’engage à améliorer la compétitivité du produit marocain, conquérir de nouveaux marchés, veiller à faire des accords de libre-échange une base destinée à augmenter les exportations du pays. M. Benkirane a également indiqué, à cette occasion, qu’un comité national a été créé pour assurer l’appui et le suivi des exportations. Chose qui a fait chaud au cœur de Mohamed Tazi, président de l’ASMEX, qui a préféré s’exprimer en français afin de changer de rythme. Pour lui, «ce sont les importations qui augmentent par l’achat de biens incompréhensibles». Et d’enchaîner: «il importe que le Maroc inverse sa balance commerciale comme il doit renforcer les dispositifs contre les pratiques déloyales».
A propos du déficit de la balance commerciale, Abdelkader Aâmara a révélé l’intention du gouvernement de mettre fin à son déficit via «la promotion des investissements dans les domaines à haut pouvoir d’exportation et la diversification des produits exportés notamment ceux ayant une forte valeur ajoutée dans le cadre des nouveaux métiers du Maroc». Ces métiers seront, selon M. Aâmara, créés à l’horizon de 2013.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *