4 propositions chinoises pour accélérer l’industrialisation au Maroc

4 propositions chinoises pour accélérer l’industrialisation au Maroc

Compétences des entreprises, énergies renouvelables, infrastructures, industries des services….

Au moment où le forum d’amitié Maroc-Chine bat son plein à Agadir, un autre à caractère économique s’est tenu, mardi, à Casablanca. Initiée par la confédération générales des entreprises du Maroc (CGEM) et le Council for the promotion of international trade (CCPIT), cette deuxième manifestation a été l’occasion pour les deux structures de mieux détailler les opportunités d’investissement au Maroc.

De plus, ce forum, dans la métropole, se veut, comme le précise Faïçal Mekouar, vice-président général de la CGEM, de «construire un véritable partenariat industriel dont les jalons sont posés trois ans». A propos de la structure dont il fait partie, il indique que la CGEM est un interlocuteur essentiel des entreprises chinoises sur le marché marocain.

M. Mekouar présente par l’occasion des données chiffrées. Ainsi, le volume commercial entre les deux pays a, selon ses dires, augmenté de 50%. De même, les exportations vers l’empire du milieu ont enregistré une hausse de 60%. La république populaire est, de plus, le 4ème partenaire du Maroc. Le partenariat industriel étant déjà une réalité à ses yeux. «Il faut appréhender le Maroc comme carrefour entre plusieurs marchés», enchaîne-t-il. M. Mekouar n’hésite pas, par l’occasion, à s’exprimer sur le développement de marchés en Afrique par les entreprises  marocaines. «Nous tenons les ingrédients de la création d’une valeur industrielle en y raccordant les TPME. La CGEM et le CCPIT doivent agir dans ce sens», poursuit-il.    

Egalement de la partie, Abderrahim El Hafidi, secrétaire général du ministère de l’Energie, des mines, de l’eau et de l’environnement, ainsi que DG par intérim de l’ONEE, a, à son tour, mis en avant les opportunités offertes par le secteur des énergies renouvelables. Dans ce sens, il indique que «le Maroc a pu développer des modèles mais il reste confronté à des défis notamment la demande croissante dominée par les énergies fossiles et la dépendance quasi-totale des importations». A propos du plan national de développement du gaz naturel liquéfié il précise, que «4,6 milliards de dollars sont en cours de mise en œuvre pour ce plan». Par l’occasion, il indique que la restructuration de l’activité minière est destinée entre autres à l’attractivité des investissements. «Les conventions signées en Afrique ont également des opportunités supplémentaires pour un partenariat tripartite en faveur des pays africains», estime-t-il.

Pour sa part, Jiang Zengwei, président du CCPIT, qui évoque la route de la soie, indique que «dans les 15 prochaines années, la Chine devrait importer 24 trillions de dollars américains de biens». Ce sont là des opportunités pour le monde y compris le Maroc afin de consolider la compétitivité industrielle et accélérer le processus d’industrialisation dans le royaume. Cela étant il formule 4 suggestions destinées à consolider la coopération entre la Chine et le Maroc. Il s’agit, en 1er lieu, de renforcer la coopération en matière de consolidation des capacités des entreprises dont celles industrielles. Il est également question de consolider la coopération en énergies renouvelables.

En 3ème lieu, il se félicite des infrastructures ferroviaires et portuaires du Maroc. «Les chinois peuvent jouer un rôle important dans ce cadre», ajoute-t-il. In fine, le président s’exprime autour de la coopération en industrie des services. «Le développement de la coopération dans le secteur tertiaire donnera un nouvel élan aux relations économiques et commerciales entre les deux-pays», conclut le responsable chinois lors de l’événement marqué par la signature de conventions.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *