4ème édition des Dialogues atlantiques: Les mutations atlantiques en débat

4ème édition des Dialogues atlantiques: Les mutations atlantiques en débat

Des thématiques stratégiques ont été à l’ordre de la 4ème édition des Dialogues atlantiques (Atlantic Dialogues). Fruit d’une initiative conjointe du German Marshall Fund des États-Unis (GMF) et l’OCP Policy Center, ces rencontres, tenues à Marrakech du 30 octobre au 1er novembre, étaient une occasion pour réunir des profils de très haut niveau représentant une cinquantaine de pays atlantiques.

Le but étant de réaffirmer la position du Maroc dans un espace atlantique en mutation. «Les Dialogues atlantiques représentent avant tout une opportunité intéressante pour notre pays. Ces rencontres donne une image positive du Royaume et l’impliquent dans la communauté internationale avec une certaine durabilité», confie à ALM Karim El Aynaoui, directeur général de l’OCP Policy Center. Et d’ajouter que «les thématiques abordées concernent l’ensemble des paramètres qui occupent le continent africain et son développement».

Les «Atlantics Dialogues» ont pu au fil des éditions confirmer leur pertinence en tant que plate-forme d’échange et de prises de décision. L’expérience a dépassé les frontières puisque l’OCP Policy Center a tenu une version limitée des dialogues au Brésil précisément sous la dénomination «Groupe de stratégie atlantique». Après l’Amérique latine, c’est au Sénégal que sera reconduite l’expérience, et ce à partir du mois de mai 2016.

Par ailleurs, la révolution verte en Afrique a été au cœur du débat. Mostafa Terrab, P-DG du Groupe OCP, a mis en relief les perspectives prometteuses du continent. Selon M. Terrab, «la richesse et la prospérité des petits exploitants en Afrique devraient être une priorité». Le P-DG  du Groupe OCP a ainsi mis en relief le potentiel du continent à l’horizon 2050. «Il y aura moins de 50 % de terres arables dans le monde par rapport à la situation actuelle vu que le continent utilise actuellement seulement 20% de ses ressources en terres arables, cela montre qu’une grande partie des terres utilisables pour l’agriculture dans le monde sera en Afrique», a-t-il expliqué.
S’agissant de la prospérité, plusieurs défis et opportunités ont été mis en relief.

L’avenir de la prospérité dépend de la mise en place d’institutions solides et d’une bonne gouvernance.
La sécurité représente également une menace pour les sociétés atlantiques. Les efforts doivent être doublement consentis en vue de renforcer la solidarité internationale et mettre à l’abri du terrorisme une population à la fois jeune et vulnérable .

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *