4ème enquête sur le comportement de paiement des entreprises au Maroc : Les délais de paiement raccourcis à 93 jours en moyenne

4ème enquête sur le comportement de paiement des entreprises au Maroc : Les délais de paiement raccourcis à 93 jours en moyenne

Les délais de paiement contractuels sont passés de 99 à 93 jours en moyenne. C’est ce qui ressort de la 4ème enquête sur le comportement de paiement des entreprises au Maroc réalisée récemment par l’assurance-crédit du Maghreb, Coface.

L’objectif étant, selon le directeur général, Mehdi Arifi, de «suivre l’évolution des délais et des retards de paiement entre les différents acteurs économiques marocains». A propos de cette moyenne, ce sont, selon ses dires, près de la moitié des personnes interrogées qui déclarent avoir connu des délais dépassant les 180 jours. Ainsi, la situation reste, comme il le précise, «préoccupante malgré un léger rebond».

En détail, le délai légal maximum fixé entre 60 et 90 jours est donc largement dépassé. «Mais il est à noter que les entreprises ont décelé une amélioration au cours du dernier semestre avec une mention spéciale pour les services de l’État et les entreprises publiques qui s’avèrent devenir de meilleurs payeurs», tempère le DG. Comme il le précise, ce raccourcissement des délais s’observe dans quatre secteurs majeurs. Il s’agit des technologies de l’information et de la communication (de 107 jours à 86 jours), de la construction (de 105 à 100), la distribution (de 102 à 96) et l’agroalimentaire (de 90 à 86). «Malgré tout, le niveau des impayés reste élevé», avance-t-il. Dans ce sens, ce sont 25% des répondants qui déclarent des factures impayées à hauteur de 20% de leur chiffre d’affaires. Les TPE et PME sont particulièrement touchées.

Les TPE sont plus de la moitié à souffrir d’impayés représentant plus de 15 % de leur chiffre d’affaires, les fragilisant et conduisant certaines à la faillite. «Pourtant, 80 % des entreprises n’appliquent aucune pénalité de retard», martèle-t-il. De plus, les entreprises, dans leur majorité, estiment que les retards de paiement vont rester stables dans les six prochains mois mais un tiers s’attend tout de même à des délais plus longs.

Quant à l’évolution du contexte économique marocain, elle est vue comme problématique avec 41% de répondants qui estiment qu’il va se détériorer. «Mais quand on leur pose la question de l’évolution de leur activité, 58 % des entreprises pensent que leur chiffre d’affaires va augmenter et la moitié d’entre elles que leur trésorerie va se stabiliser», ajoute M. Arifi. Le DG précise également que la même proportion envisage d’ailleurs d’investir dans les six prochains mois.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *