5ème édition de l’Observatoire international du commerce: Euler Hermes met son expertise au profit des opérateurs économiques

5ème édition de l’Observatoire international du commerce: Euler Hermes met son expertise au profit  des opérateurs économiques

Quels sont les enjeux du développement du Maroc et quelles sont les étapes qui lui restent à franchir? Le Maroc est-il bien positionné pour bénéficier du sursaut de la croissance mondiale ? Autant de questions qui seront abordées lors de la 5ème édition de l’Observatoire international du commerce qui s’est déroulée hier 28 novembre à Casablanca.

En effet, lors d’une conférence de presse qui s’est tenue le 27 novembre à Casablanca, Euler Hermes a annoncé les principaux axes de cette 5ème édition. Une conférence organisée en partenariat avec la Société Générale et Allianz Maroc et en collaboration avec des partenaires institutionnels tels que la CGEM, la CFCIM, l’ASMEX, Tijara 2020 et l’AMIP. Pour cette nouvelle édition, Euler Hermes fédère les partenaires et mobilise ses experts internationaux pour proposer aux opérateurs marocains de décrypter les perspectives de l’économie mondiale 2018. Ainsi, le président du directoire du Groupe Euler Hermes, Wilfried Verstraete, est intervenu durant cet événement afin de réaffirmer l’intérêt du groupe pour le marché marocain. Cette 5ème édition a été  l’occasion d’analyser et échanger sur les perspectives économiques internationales, notamment celles concernant les économies africaines et marocaines de 2018.

L’objectif étant de permettre aux opérateurs d’identifier de nouvelles opportunités de développement. Lors de cette conférence, un panel d’experts nationaux et internationaux s’est penché également sur le thème «Intégration du Maroc à la CEDEAO : un pari gagnant ?». Cette conférence, selon Euler Hermes, a pour vocation de restituer au marché son expertise qui accompagne depuis plus de 100 ans et sur les 5 continents les décideurs dans la détection de nouvelles opportunités et la gestion de leurs risques au quotidien. Notons que l’édition 2016 avait rassemblé plus de 400 personnes.

«La diversification des partenaires commerciaux est fondamentale»

Questions à Stéphane Colliac, économiste senior chez Euler Hermes

ALM : Comment le Maroc peut-il tirer profit du rythme actuel de la croissance mondiale ?

Stéphane Colliac : Tout d’abord par l’ouverture au commerce international et par son exposition à l’Union européenne bien évidemment puisque la France et l’Espagne représentent 40% des exportations du Maroc. Donc avec une croissance qui s’accélère dans ces deux pays et des relations commerciales importantes, le Maroc va profiter naturellement du rythme de la croissance mondiale.

Comment le pays peut-il améliorer son offre exportable ?

En continuant à développer son potentiel de production et en ne s’endormant pas sur les acquis qui sont réels. La diversification des partenaires commerciaux est fondamentale puisque la croissance à l’avenir, même si à court terme elle vient de la zone euro, elle viendra beaucoup de l’Afrique de l’ouest, donc il faut s’ouvrir à ces zones.

Quelle lecture faites-vous du rôle qu’entend jouer le Maroc en Afrique sur le plan économique?

Il y a une stratégie et il est certain quand on observe les cas de réussite récents comme par exemple la Turquie. Celle-ci a une stratégie diplomatique de développement de ses relations commerciales avec l’Afrique, la Chine a fait de même et on a des exemples réussis de développement industriel en Afrique de l’Est particulièrement qui sont venus de ces développements chinois et turcs. Il faut donc développer les relations commerciales et financières à travers l’adhésion à la CEDEAO d’un côté, ensuite il faut des institutions financières qui aient des liens qui se renforcent.

Comment le Maroc peut-il passer la barre de 5% de croissance?

La barre des 5%, probablement le Maroc n’y parviendra pas seul, il aura besoin de ces pays voisins avec lesquels les liens commerciaux se renforcent. Sinon si le Maroc reste comme le Mexique, c’est-à-dire un exemple d’une région mais un exemple isolé, il n’y aura pas ces effets positifs qui sont générés par une région qui se développe en entier en même temps.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *