66% des Marocains sont propriétaires de leur logement

La propriété est de plus en plus accessible aux ménages marocains. 66% des ménages urbains sont propriétaires de leur logement en 2008 contre 61 % en 1999. Ainsi, la proportion des ménages urbains propriétaires a connu une amélioration de 5 points en l’espace de 9 ans. C’est ce qui ressort du rapport du Haut Commissariat au Plan ( HCP) intitulé «Croissance et développement humain au Maroc, repères statistiques 1998-2008». Si la part  des propriétaires a augmenté, celle des locataires a baissé de près de 8 points passant de 29,9% en 1999 à 22,3% en 2008.  Concernant les types d’habitat urbain, le rapport indique que les Marocains occupent des habitations de plus en plus modernes (maison marocaine moderne,villa et appartement). La maison marocaine moderne domine le paysage urbain avec plus des 2/3 des ménages (62, 8% en 1999 contre 67,2% en 2008). Les maisons traditionnelles ne représentent que 5% des habitations en 2008, les villas (3,1% ) et les appartements (15,4%). Pour ce qui est de la densité d’occupation des logements, le document précise une baisse de la densité tant en milieu urbain que rural. Ainsi, le nombre moyen de personnes par pièce en milieu urbain est passé de 1,9 en 1999 à 1,5 en 2008 et de 2,1 à 1,7 en milieu rural. Au niveau national, le nombre de personnes par pièce a baissé de 1,9 à 1,6 durant la même période. Selon le HCP, ces logements moins exigus traduisent une amélioration des conditions d’habitat.
Par ailleurs, le rapport souligne que les ménages marocains sont mieux équipés en biens durables. Cette tendance perceptible en milieu urbain et rural s’explique par un plus grand confort ménager et une ouverture sur le monde, expression des mutations du modèle de consommation des ménages. Le taux d’équipement des foyers en téléviseurs est de 88,5% en 2008 contre 69,4% en 1999, de 59% contre 23,3% pour la parabole et de 66,7 contre 40,8% pour le réfrigérateur. Les dépenses annuelles par personne ont augmenté. Elles sont passées de 7.823 DH à 11.233 DH de 1998 à 2007, soit un accroissement de 43.6% sur le plan national.
En milieu rural, la dépense annuelle par personne s’est accrue de 53% (de 5085 DH à 7.777 DH) et de 37% en ville (10. 152 DH à 13. 895 DH). Selon le HCP, l’écart entre les villes et campagnes s’est réduit, le rapport des dépenses entre les deux milieux est passé de 2 en 1998 à 1,8 en 2007. Les ménages marocains dépensent plus mais mieux. La structure des dépenses de consommation des ménages a évolué avec l’amélioration du niveau de vie et l’attractivité du modèle de consommation de la société moderne. Si le poids de l’alimentaire dans le budget des ménages a baissé de 3 points (43% en 1998 à 41% en 2007), celui des transports et communication a augmenté de 5 points passant de 7 à 12%. Le HCP note que pour la première fois, le coefficient budgétaire alimentaire dans le monde rural est passé au- dessous de 50%.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *