90 % des équipements médicaux importés

90 % des équipements médicaux importés

En matière de fournitures et équipements médicaux, le Maroc dépend à hauteur de 90 % de l’étranger. Dans un marché embryonnaire, caractérisé par une demande croissante, les professionnels importent la quasi-majorité de leurs besoins. C’est ce qui ressort d’une récente étude menée par les services économiques relevant de la mission économique de l’ambassade de France au Maroc.
« Avec une production locale limitée, le Maroc reste tributaire à 90 % de l’étranger pour ses besoins en fournitures et équipements médicaux. Cette situation offre d’importantes opportunités pour les fabricants de matériel médical, notamment pour les entreprises françaises. Une relation commerciale privilégiée avec le Maroc, un avantage linguistique et une image de marque en matière de santé constituent, dans un contexte de concurrence accrue, des éléments favorables pour nos entreprises », explique-t-on.
En effet, la France arrive en tête du hit parade sur la liste des importations d’équipements médico-chirurgicaux. Durant l’année dernière, l’Hexagone a réalisé 19 % du total des importations. Une position qu’elle risque de perdre face à une concurrence venue du pays de l’oncle Sam : «elle a été détrônée, pour la première fois cette même année, par les Etats-Unis qui comptabilisent plus de 20 % du total des importations».
Le marché des fournitures et équipements médicaux est prometteur. Les analystes du domaine s’attendent à une demande de plus en plus importante durant les années à venir. Ils citent pêle-mêle : accroissement de problèmes de santé relatifs au vieillissement de la population, exode rural, changement des habitudes alimentaires ou encore la pollution.
«À cela s’ajoutent la vétusté des structures et la pression de la population marocaine qui devient de plus en plus exigeante en matière de santé en raison notamment de l’amélioration de son niveau d’éducation, de l’urbanisation accélérée et de l’accès important et diversifié à l’information».
Ambitieux, les professionnels du secteur s’attendent à une conjoncture favorable depuis l’annonce de «Santé, vision 2015» au mois d’avril dernier.
Ce programme met en place une nouvelle stratégie pour le développement du secteur de la santé pour les dix prochaines années.
Il s’agit précisément d’une réorganisation institutionnelle du système de santé avec définition des rôles et responsabilités, mise en place d’un Conseil supérieur de la santé, création d’un observatoire de santé pour l’évaluation des performances du système et sa régulation pour plus d’équité et plus de performance.
Pour le volet des financements, «Santé, vision 2015» veut accroître les ressources financières du secteur et réduire la part des paiements directs des ménages en matière de frais pour soins et traitements médicaux. 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *