92 milliards DH de dépenses des ménages au 3ème trimestre

92 milliards DH de dépenses des ménages au 3ème trimestre

La demande intérieure continue sa croissance. Au cours du troisième semestre de l’année 2011, les dépenses finales des ménages se sont nettement accrues. 95,92 milliards de dirhams, tel est le montant total des dépenses observées par le Haut Commissariat au Plan (HCP), marquant une évolution de 7,3% en glissement annuel contre 4,4% enregistrés pour la même période de l’année 2010. De même, la formation brute du capital s’est située aux alentours de 56,96 milliards DH, en progression de 4,6%, portant la contribution à la croissance à 3,7 points. Tenant compte de ces évolutions, le HCP souligne une hausse de 4,7% du revenu national brut disponible, soit une valeur globale de 208,78 milliards DH. «Une hausse relative, d’une part, à l’évolution du PIB au prix courant, qui est évalué au troisième trimestre 2011 à 5,1% et de l’autre, à l’amélioration des revenus nets reçus du reste du monde», indique le HCP. L’épargne nationale brute s’est, quant à elle, dépréciée de 2% pour s’établir à 56,49 milliards DH contre 57,62 milliards enregistrés durant le troisième trimestre 2010. Précisons que l’épargne nationale brute a atteint, au titre du troisième trimestre 2011, 27% du revenu national brut disponible au lieu de 28,9%. Le troisième trimestre 2011 a ainsi été marqué par un accroissement en volume de 4,8% du PIB, pour un total de 167,24 milliards DH contre 159,58 milliards recensés au troisième trimestre de l’année 2010. En commentant cette évolution, le HCP indique qu’«en terme nominal, la hausse a été de 5,1%, ce qui dégage une légère hausse du niveau général des prix (prix implicite du PIB) de 0,3% en glissement annuel». Et de poursuivre que «ce résultat est attribué à la baisse des prix des impôts nets des subventions de presque 20%, sous l’effet de la hausse des subventions. Le prix implicite de la somme des valeurs ajoutées des secteurs d’activités aurait, par contre, augmenté de 3,1%». L’amélioration a également été apparente au niveau de la valeur ajoutée du secteur agricole qui a grimpé de 4,1%. Même constat pour le PIB non agricole qui s’est légèrement amélioré malgré les difficultés de certaines activités y afférentes, notamment celles relatives au secteur de l’hôtellerie et la restauration, la pêche et l’activité minière. À cet effet, le PIB non agricole s’est doté de 120,12 milliards DH en hausse de 4,9% contre 4,6% observés durant la même période de l’année précédente. Toutefois, le solde des échanges extérieurs de biens et services a contribué négativement à la croissance économique de 3,8 points. «Les exportations de biens et services qui ont augmenté de 5,3% au lieu de 10,1% ont contribué de 1,6 point à la croissance du PIB, alors que les importations qui se sont accrues de 14,8% contre une diminution de 1,6% ont enregistré une contribution négative de 5,4 points», précise le HCP. Notons que la part des investissements est de 38% du PIB contre 36,4% la même période de l’année précédente. En revanche, le besoin de financement s’est accentué, passant de 6,1% du PIB pendant le troisième trimestre de l’année 2010 à 9,8% le troisième trimestre de l’année 2011.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *