9ème colloque d’histoire maroco-luisitanienne : Des recommandations pour renforcer la coopération

9ème colloque d’histoire maroco-luisitanienne :  Des recommandations pour renforcer la coopération

Les bonnes relations entre le Portugal au Maroc sont à l’origine d’importants projets

Le choix de la ville blanche pour accueillir ce neuvième colloque n’est pas fortuit. D’autant plus qu’Asilah se distingue par ses sites historiques et archéologiques dont ceux d’origine portugaise.

Les relations entre le Maroc et le Portugal se sont améliorées, au cours de la dernière décennie, reflétant le dynamisme et l’existence d’un grand potentiel de partenariat entre les deux pays voisins. C’est dans ce contexte que s’est déroulé le neuvième colloque d’histoire maroco-luisitanienne, dont les travaux ont eu lieu, les 1er et 2 juillet, au Centre Hassan II des rencontres internationales à Asilah. Ce neuvième colloque a constitué une occasion pour mettre en avant les liens d’amitié entre le Maroc et le Portugal, mais aussi les relations commerciales et économiques entre les deux pays. Considéré comme une destination de choix grâce à ses nombreuses opportunités d’investissement, le Maroc accueille «200 entreprises portugaises opérant dans les différents secteurs d’activité tels que l’agroalimentaire, l’industrie-pharmaceutique et l’hôtellerie. Il y a à présent 1.200 autres entreprises établies au Portugal et qui font des affaires au Maroc», a indiqué l’ambassadrice du Portugal au Maroc, Maria Rita Ferro, faisant savoir que les bonnes relations entre le Maroc et le Portugal ont été à l’origine d’importants projets, dont «le projet d’interconnexion électrique entre les deux pays qui est en phase d’étude».

Les participants à cette neuvième édition ont souligné l’importance des relations entre le Maroc et le Portugal, liés tous deux par une histoire et un héritage communs, une coopération solide dans un grand nombre de domaines stratégiques prometteurs, qui ont une volonté politique pour renforcer ces liens et saisir les possibilités d’un véritable partenariat gagnant-gagnant.

Après avoir été organisé à Casablanca (2005), Marrakech (2007), El Jadida (2009), Fès (2013) et au Portugal (Lagos (2006 et 2010), Lisbonne (2008) et Mértola (2014), ce colloque vient d’être tenu pour la première fois au Nord du Maroc, en particulier à Asilah. Le choix de la ville blanche pour accueillir ce neuvième colloque, qui a réuni un nombre important de chercheurs et de spécialistes sur l’histoire maroco-luisitanienne n’est pas fortuit. D’autant plus qu’Asilah se distingue par ses sites historiques et archéologiques dont ceux d’origine portugaise. Cette rencontre a constitué ainsi «une occasion pour établir des règles procédurales et académiques afin d’explorer la présence portugaise dans les espaces d’Asilah», selon les organisateurs.

Il est à noter que ce neuvième colloque a également constitué une occasion d’évaluer une importante étude qui avait été présentée par l’équipe scientifique et technique sous la supervision de l’Ecole d’architecture de l’Université de Minho au Portugal, et ce à travers «l’élaboration d’un levé d’architecture des murailles de la médina d’Asilah, dans le cadre de la coopération scientifique marocaine et portugaise et en coordination avec la direction régionale du ministère de la culture au Maroc et la commune d’Asilah. La fondation Calouste Gulbenkian a dans ce contexte effectué un travail considérable concrétisé par la restauration du Donjon (Torre de Menagem). Il s’agit aussi de l’élaboration d’une étude technique constituant un diagnostic de différentes anomalies qui se trouvent dans les remparts de la médina d’Asilah», a-t-on souligné

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *