9ème Conférence biennale sur les eaux internationales à Marrakech : Appel à la mobilisation internationale pour les eaux et océans

9ème Conférence biennale sur les eaux internationales à Marrakech : Appel à la mobilisation internationale pour les eaux et océans

«La situation est assez mauvaise mais réversible». Les termes de Vladimir Ryabinin, secrétaire exécutif de la commission océanographique intergouvernementale de l’Unesco, à propos des eaux, lors d’un point de presse ayant suivi l’ouverture, lundi à Marrakech, de la 9ème Conférence biennale sur les eaux internationales du Fonds pour l’environnement mondial (FEM), tenue sous le Haut patronage de SM le Roi, sont alarmants et encourageants à la fois. Ils le sont de par la situation fragile des océans impactés par le réchauffement climatique. D’où l’intérêt de la collaboration des Etats en la matière. Tel est le souci du FEM.

La coopération internationale s’impose

«Une pression est exercée sur l’environnement mondial et les systèmes d’eau. Nous essayons d’amener les Etats à travailler ensemble sur la réduction de la pollution. Nous avons besoin des Etats», précise Christian Holde Severin, directeur des programmes eaux internationales du FEM. En d’autres termes, il est question d’inciter les Etats à travailler sur les océans en danger et les espèces qui y vivent. A son tour, Andrew Hudson, directeur des programmes gouvernance de l’eau et des océans au PNUD, abonde dans le même sens. «Nous avons besoin d’une coopération», entérine-t-il.

Confiance entre partenaires

De son côté, Nezha El Ouafi, secrétaire d’Etat chargée du développement durable, réitère l’expression «confiance entre partenaires» avancée, à propos de la coopération en la matière, par le directeur des programmes eaux internationales du FEM. Une structure dont le Maroc est membre. Quant à l’événement, il se tient jusqu’au 8 novembre, comme elle le précise, à l’aune du dernier rapport du groupe d’experts sur l’évolution du climat (GIEC) dont les indicateurs sont, selon ses dires, «inquiétants». Il en ressort, pour rappel, des vagues de chaleur, des extinctions d’espèces et une montée des océans sur le long terme entre autres. «Malgré les efforts indéniables entrepris par l’ensemble des partenaires à l’échelle nationale, les enjeux du développement durable au profit des océans et des mers restent de taille, et les défis à relever ne sont pas moins importants dans un contexte de pénurie des ressources», enchaîne Mme El Ouafi.   

39 projets financés par le FEM

à hauteur de 138 millions

de dollars américains

Outre sa démarche de mobiliser les Etats à entreprendre des actions en faveur de la question des eaux et océans, le FEM finance des projets de par le monde. Au Maroc, le FEM a pu financer au Maroc plus de 39 projets nationaux pour un montant global d’environ 138 millions de dollars américains sous forme de dons. Le Maroc a également participé à plus de 40 projets régionaux et globaux associant plusieurs pays bénéficiaires. Le Maroc bénéficie aussi du Programme micro-financement du FEM au profit de la société civile pour la création de bénéfices environnementaux globaux à travers des solutions communautaires et locales.

Le Royaume a également bénéficié d’une allocation «STAR» de 14,53 millions de dollars américains pour la préparation de projets dans trois domaines d’intervention, notamment les changements climatiques (4,85 millions de dollars américains), la biodiversité (4,9 millions) et la dégradation des terres (4,77 millions). Aussi, les projets FEM au Maroc ont permis de développer des initiatives de coopération Sud-Sud. Pour l’heure, 17 projets sont en cours d’exécution. Ceux-ci couvrent les domaines du changement climatique, la biodiversité et la préservation des terres, les produits chimiques et les gestions des eaux internationales à travers des projets de grande échelle, moyenne échelle et des activités habilitantes. La portée géographique des projets touche le niveau régional et des projets d’envergure nationale.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *