Ça gaze bien pour la France et le Japon

Les deux usines de gaz naturel liquéfié (GNL) figureront parmi les plus grandes du monde. Elles seront capables de produire chacune 7,8 millions de tonnes de GNL par an à partir de la fin de la décennie. Elles seront édifiées à Ras Laffan, dans le nord de l’émirat. Le Qatar est doté de réserves de gaz naturel évaluées à plus de 25.000 milliards de mètres cubes, les troisièmes au monde après la Russie et l’Iran. Le contrat pour la construction de la première usine a été conclu avec la coentreprise "Qatargas 3" qui regroupe la compagnie publique Qatar Petroleum (68,5%), l’américain ConocoPhillips (30%) et le japonais Mitsui (1,5%). La seconde usine sera construite pour le compte de "Qatargas 4", détenue à 70% par Qatar Petroleum et à 30% par Shell Gas.
Chiyoda remportera 60% du total et Technip 40%, a indiqué le vice-président exécutif du groupe nippon, Hiroshi Kobayashi, lors d’une conférence de presse. "Je crois qu’un contrat de quatre milliards de dollars est un des plus gros projets dans notre secteur actuellement", s’est-il réjoui, ajoutant que les travaux commenceraient en février ou en mars. "La tendance mondiale pour la demande de gaz naturel est une hausse d’environ 10% par an ou plus. Je ne pense pas me tromper en disant que la production actuelle dans le monde passera de 130 millions de tonnes actuellement à 200 millions de tonnes en 2010 et 300 millions en 2020", a commenté le vice-président de Chiyoda. La demande de gaz naturel tend à s’accélérer avec la flambée des prix du pétrole.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *