Ça roule pour les Autoroutes

Ça roule pour les Autoroutes

Quatorze ans après sa création, la Société Nationale des Autoroutes du Maroc (ADM) affiche une bonne santé financière. La société a ainsi réalisé au titre de l’exercice 2003 un bénéfice net de 56 millions de Dh.
Pour l’ADM, ce résultat s’explique principalement par la reprise des dotations financières relatives au risque de change pour 278 millions de dirhams. Pour les recettes de péage, celle-ci ont augmenté de 8 % par rapport à 2002 pour se situer à 474 MDH hors TVA. Cette augmentation s’explique par l’augmentation du trafic sur les différentes sections autoroutières et la mise sous péage de l’autoroute de contournement de Casablanca. Côté charges d’exploitation, celle-ci ont connu également une augmentation de l’ordre de 25 % pour atteindre un montant de 491 millions de dirhams.
Une augmentation qui s’explique par l’évolution importante des dotations aux amortissements qui ont atteint 248 millions de dirhams. Mais le point fort des performances de l’ADLM se situe bien au niveau des investissements déployés au cours de l’année dernière. Plus d’un milliard de dirhams a été investi pour la construction d’autoroutes. Ce chiffre porte ainsi le montant global d’investissement à plus de huit milliards de dirhams depuis la création de la société.
Sur le terrain, cet investissement s’est traduit par la poursuite ou le démarrage des travaux sur les tronçons Casablanca-El Jadida, Asilah-Tanger et le contournement de Settat. Rappelons que ces réalisations d’inscrivent dans le carde du programme prioritaire du schéma d’armature autoroutier à réaliser à l’horizon 2010, prévoyant un réseau de 1.500 Km est constitué par les axes stratégique du pays. Au nombre de trois, ces axes ambitionnent en effet de doter le pays d’un réseau autoroutier dense. Vers le Nord, l’axe Casablanca-Rabat-Tanger, s’intègre dans l’axe Nord-Sud du royaume et dans la liaison Europe-Afrique. L’axe Rabat-Fès-Oujda, relie le centre à l’Est et constitue un tronçon de l’autoroute trans maghrébine. Enfin, l’axe Casablanca-Settat Marrakech-Agadir, fait partie de l’axe Nord Sud et dessert des zones économiques en expansion. En extention à ces grandes axes, s’ajoute ceux de Casablanca-Eljadida-Jorf Lsfar, qui doit relier deux pôles industriels en plein développement.
Celui de Tetouan-Sebta, qui devra véhicule l’échange avec l’Europe et écouler un intense trafic local. Enfin, Agadir-Taroudant devrait desserrer une grande région agro-industrielle et touristique. Doté d’un statut de droit privé, ADM est constituée d’un actionnariat majoritairement public, regroupant le trésor et des organismes appartenant à différents secteurs d’activités :établissements publics, institutions financières, sociétés commerciales et industrielles et sociétés d’études. La société constitue l’un des principales bénéficiaires des programmes d’aides européens. Un chiffre en témoigne: des 194 millions d’euros de prêts de la Banque Européenne d’Investissement (BEI) au Maroc dans le cadre du partenariat financier euro méditerranéen et la Facilité Euro méditerranéenne d’investissement et de partenariat (FEMIP), pas moins de 110 millions d’euros ont profité à ADM. Un intérêt qui renseigne sur le degré de la responsabilité de la société quant à ce segment stratégique du développement du Maroc.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *