A.G de l’AFEM : des chiffres instructifs

A.G de l’AFEM : des chiffres instructifs

En présence de Yasmina Baddou, secrétaire d’Etat chargée de la Famille, de la Solidarité et de l’Action sociale, de Hassan Chami, président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et de plusieurs autres personnalités du milieu entrepreneurial féminin, l’Association des femmes chefs d’entreprises du Maroc (Afem) a tenu, vendredi dernier à Casablanca, son assemblée générale ordinaire. Une séance consacrée d’une part à l’examen de l’activité de l’AFEM durant l’exercice 2003 et, d’autre part, à la présentation des résultats de l’étude réalisée sur les femmes chefs d’entreprises au Maroc. Pour ce qui est du premier volet, les participants ont examiné et adopté à l’unanimité les rapports moral et financier au titre de l’exercice 2003. Plus étendu, le second volet a vu l’exposition des résultats d’une étude basée sur 579 entretiens avec des femmes chefs d’entreprises.
Celle-ci a révélé que 34 % des femmes sont à l’origine de la création de leurs entreprises et qu’une femme sur deux en détient au moins 40 % du capital. De même, 66 % des femmes sont à la fois dirigeantes et à la tête de l’entreprise qu’elles ont créée. Celles (les dirigeantes d’entreprises) ayant des participations sont de l’ordre de 73%, tandis que 25% des femmes gérantes ne sont pas associées au capital de leur entreprise. Du point de vue sectoriel, 36% des femmes chefs d’entreprises opèrent dans la sphère des services, 33% d’entre elles dans le commerce et 22% dans l’industrie.
S’agissant de la formation, 60 % des femmes interrogées proviennent des universités, 28% des Ecoles de commerce, alors que 5% seulement sont des ingénieurs et 8% disposent d’une formation technique.
L’étude révèle, par ailleurs, que les femmes à la tête de petites structures sont relativement moins instruites. Ce sondage renseigne aussi sur différents aspects relatifs notamment à l’expérience antérieure de ces femmes, à la nature juridique de l’entreprise qu’elles dirigent, ou encore à l’effectif qu’elles emploient… Un peu plus surprenante fut la réponse relative aux revenus, puisque la majorité des femmes chefs d’entreprises ont déclaré un revenu mensuel de moins de 10.000 DH, tandis que 25% des femmes interrogées ont purement et simplement refusé de répondre à la question ! Quoi qu’il en soit, ces statistiques demeurent très flatteuses pour l’image de la femme marocaine patronne d’entreprise. C’est ce qu’a exprimé Mme Badou, dans une allocution prononcée pour la circonstance et dans laquelle elle n’a pas manqué de souligner le rôle joué par la femme marocaine en faveur du développement socio-économique du pays. «Nombreuses sont les expériences féminines qui ont témoigné des réelles compétences managériales» dixit Mme la ministre.
Pour rappel, l’AFEM qui a été créée en 2000, a pour présidente, Saloua Karkri Belkeziz et pour objectifs de représenter les femmes chefs d’entreprises dans les différentes instances nationales, ainsi que la promotion de l’image de ces femmes au Maroc et à l’étranger.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *