Abdellatif Jouahri : «Nous n’avons pas les moyens de limiter les quotités de financement»

Abdellatif Jouahri : «Nous n’avons pas les moyens de limiter les quotités de financement»

ALM : La banque centrale a publié, récemment, sa dernière note mensuelle de conjoncture. On y relève un recul du besoin des banques en liquidités, de plus de 2 MMDH. S’agit-il d’un bon ou d’un mauvais signe?
Abdellatif Jouahri : Il s’agit, réellement, d’un retournement de situation au niveau des liquidités depuis l’année dernière, et ce, pratiquement depuis le mois de février dernier. D’abord, c’est l’explosion des crédits, ensuite, ce sont les banques qui, durant certains mois, ont pris des positions de couverture de change.
Cela a engendré des appels au niveau de la liquidité.
Ainsi, ce même retournement de situation a fait que, maintenant, c’est la banque centrale qui alimente les banques au titre des liquidités. Nous essayons, justement, de défendre le taux directeur de la banque centrale, de livrer les liquidités au taux de la banque centrale qui est de 3,25%. D’ailleurs, c’est dans cet ordre là,  que nous mesurons, et discutons avec les trésoriers, que nous apprécions également les facteurs autonomes qui agissent sur les liquidités bancaires, pour fournir les liquidités en quantités suffisantes au secteur bancaire. Et c’est ici que réside le problème, et cette situation de sous-liquidité continue en 2008.

Certains rumeurs soutiennent que la banque centrale serait en train d’essayer de limiter une nouvelle fois les quotités de financement accordées en matière de crédits immobiliers, pour parer au sur-financement. Est-ce vrai ?
Pas du tout. Nous n’en avons pas les moyens, en ce sens que ce sont les banques qui créent la monnaie en première ligne.
Nous n’avons donc pas de financement sélectif  pour dire que nous allons financer l’immobilier ou pas. Tout se fixe en fonction de la trésorerie de la banque vient solliciter les fonds commençant par le marché interbancaire avant de s’adresser à la banque centrale.
Nous mesurons, donc, le besoin global du système bancaire et nos répartissons ce que nous donnons en fonction, et proportionnellement, aux demandes formulées par le système bancaire.
Par contre, dans le cadre des relations et dans le cadre de l’appréciation des risques, en dehors de la trésorerie, je vous dirais
« Oui ». A ce moment là, nous recommandons, nous voyons s’il y a un risque de taux, s’il y a des financements à des conditions qui font déraper la banque ou qui peuvent lui causer des risques futurs, et ce, en concertation avec le groupement professionnel. Et quand nos missions sont sur place, elles rappellent de leur côté aussi, les banques à l’ordre.

Nous arrivons aux taux d’intérêt. Depuis fin 2007, il n’ y a pas eu de souscriptions sur certaines durées ce qui a fait que les taux relatifs à ces mêmes durées sont restés  presque inchangés alors que sur des durées inférieures, les souscriptions ont été plus élevées, impactant de ce fait les taux d’intérêt. Quel commentaire en faites-vous ?
Notre politique monétaire et notre intervention sur le marché monétaire, nous ne les faisons pas en fonction de tel ou tel intervenant, même s’il s’agit de l’Etat lui –même. Nous ne sommes pas dans une logique de tracer notre politique monétaire pour arranger le Trésor ou une autre entité. Le Trésor intervient sur le marché monétaire au même titre que les autres intervenants.
Il y a une confrontation de l’offre et de la demande. Si les taux se tendent, et si les banques ont des utilisations plus intéressantes et plus rentables, elles le font. Et donc, nous travaillons actuellement avec le Trésor sur une gestion plus active de la trésorerie de l’Etat et de la trésorerie publique. D’ailleurs, nous avons mis en place des missions, nous avons vu ce qui se fait ailleurs, nous préparons précisément les structures et les moyens de manière à ce que le Trésor aussi gère de manière plus active sa trésorerie, parce qu’il arrive que l’on voit le Trésor sur le marché monétaire alors que le compte du Trésor auprès de Bank Al-Maghrib est très largement créditeur. C’est pourquoi il y a aussi  tout un travail de gestion active de la trésorerie publique.

Nous avons parlé de dépenses et de recettes dans le cadre des finances publiques. Sur le volet des dépenses, que pensez-vous du fait que l’on trouve les dépenses de fonctionnement, puiser de plus en plus dans les dépenses de l’Etat ?
Cela n’est pas un phénomène né d’aujourd’hui. C’est un historique qui remonte déjà à quelques années. Il ne faut pas qu’on le mette uniquement sur le dos de ce gouvernement. C’est toutes les conséquences du dialogue social et de ce qui a été donné au titre de ce dialogue. Nous, ce que nous disons, c’est que dépenser, c’est normal, mais je dis à ces gens que tout ce qu’ils donnent à ce titre, c’est autrement dit, priver de ces sommes le volet de l’investissement, de l’infrastructure, etc. Par ailleurs, si nous sommes en train de faire des benchmarks internationaux, c’est justement pour cela. Attention. Le benchmark dans d’autres pays montre que la masse salariale publique représente 6 à 7% du PIB, mais pas 10%. Ce n’est pas chose aisée, mais il vaut mieux affronter la réalité pure et dure.

 


«La vision d’intégration maghrébine est moribonde »

Lors d’une conférence de presse organisée, jeudi 28 février dans les locaux du siège d’Attijariwafa bank, cette banque annonçait le lancement de son master international baptisé «Banque et marchés financiers».
L’événement a été marqué, notamment, par la présence du gouverneur de la banque centrale qui a brossé un bilan de l’économie marocaine mais aussi de l’évolution du système bancaire et financier. «Les fondamentaux de l’économie marocaine sont très bons», a-t-il souligné dans son intervention. Et d’expliquer que cela se reflète d’abord par une croissance économique de l’ordre de 5% et ce, malgré les aléas climatiques. Aussi, le secteur non agricole qui continue de tracer une courbe incessamment ascendante, sans oublier le volet relatif aux finances publiques. À ce titre, M. Jouahri a déclaré qu’«historiquement, l’année 2007 verra l’équilibre des finances publiques, et pourquoi pas des excédents dans le futur».
S’agissant de l’inflation, le wali de la banque centrale estime que celle-ci est «maîtrisée malgré un léger dérapage enregistré en 2006. Néanmoins, vis-à-vis de l’échelle internationale, le Maroc fait preuve de progression».
D’autre part, certaines fragilités persistent, comme l’a souligné, M.Jouahri. Sur le volet des finances publiques, le gouverneur de Bank Al-Maghrib souligne que «ce sont les performantes des recettes qui ont gonflé les résultats. Le volet des dépenses, lui, demeure important». Il a également abordé la question du poids des déficits qu’affichent les diverses caisses de prévoyance.  Pour ce qui est du système financier, M. Jouahri, traçant un état comparatif entre l’année 2002 et 2007, a indiqué que cette dernière année était celle du changement total de la donne, puisque le Maroc a connu un renforcement de ses structures, et s’appuie actuellement sur un système bancaire stable et rentable, à tel point qu’il est devenu une référence de
benchmark dans la région MENA.
Le gros problème du Maroc, selon M. Jouahri, c’est l’éducation nationale. «Nous avons encore un long chemin à faire sur ce créneau et sur celui de l’environnement des affaires».  Autre lacune, touchant cette fois le secteur bancaire. Il s’agit du faible taux de bancarisation au Maroc. «Nous pouvons à la limite arriver à atteindre quelque 33%, mais cela nous laisse vraiment loin derrière d’autres pays comme la Turquie et l’Afrique du Sud», estime M. Jouahri.
En termes de perspectives, et partant de l’environnement interne et externe, le wali de la banque centrale a mis en avant les avancées faites par d’autres pays qui tendent à devenir des places financières de renom, et qui, ainsi, représentent des concurrents potentiels pour le Maroc. Sur ce point, précisément, «la vision d’intégration maghrébine est moribonde. Il faut tirer le constat en essayant d’éviter le politique et en s’attaquant au technique. Nous tournons un peu en rond. D’ailleurs, le FMI a d’ores et déjà fait valoir le gain qu’aurait le Maroc dans le cadre de l’intégration», a déclaré M. Jouahri.  Et d’ajouter qu’«il faut que les établissements soient totalement en diapason avec les benchmark sur le plan bancaire et financier. Préparons notre système bancaire pour une notation plus élevée en 2010 et un coefficient de solvabilité à 12% . Il faut aussi que l’environnement soit assaini. Je parle ici de justice, d’environnement des affaires, de corruption, de dialogue avec les partenaires sociaux, tous ces éléments qui se répercutent sur l’économie et qui doivent être pris en considération ».


Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *