Abderrahim Aquesbi : L ANPME a accompagné, à fin juillet 2013, 932 entreprises

Abderrahim Aquesbi : L ANPME a accompagné, à fin juillet  2013, 932 entreprises

ALM: Quel bilan faites-vous des programmes Imtiaz et Moussanada à aujourd’hui et quelles sont vos perspectives pour 2013, sachant que vous avez lancé la 2ème édition 2013 au mois de juillet ?

Abderrahim Aquesbi: Le programme Moussanada vise à accompagner 700 entreprises par an dans leur démarche de modernisation et d’amélioration de leur compétitivité et de productivité. L’offre Moussanada est constituée de plusieurs packs de services couvrant tous les besoins de développement et d’amélioration des entreprises : pré-diagnostic, stratégie de développement et d’investissement, transmission des entreprises, comptabilité et finance, progrès et pilotage des performances, développement durable, qualité et labellisation, innovation et développement technologique, accès au marché, gestion des RH et développement des compétences, productivité et maîtrise des coûts, production et logistique, et système d’information.

Pour ce programme, l’Etat prend en charge en partie le coût de l’expertise ainsi que de l’acquisition et l’implémentation des systèmes d’information pour une contribution pouvant atteindre 1 million de dirhams. L’ANPME a accompagné, à fin juillet 2013, 932 entreprises ayant bénéficié de 1.474 actions. Les 932 entreprises accompagnées représentent un chiffre d’affaires de 31 milliards DH dont 4,7 milliards DH à l’export et 84.687 emplois.

Moussanada technologies de l’information (TI) vient de boucler sa troisième année d’existence. Peut-on avoir des chiffres de sa réussite?

Le programme Moussanada technologies de l’information (TI) constitue une composante principale du volet «productivité des PME» et une priorité stratégique du plan Maroc Numeric 2013. Il vise à accélérer l’usage des technologies de l’information au sein des PME. Ce programme, dont la contribution de l’État est passée de 60 à 70%, plafonnée à 400.000 DH depuis février 2013, a permis d’accompagner, à fin juillet 2013, 266 entreprises. Quant au programme Imtiaz, il a pour objectif de permettre, chaque année, à 80 PME à fort potentiel, tous secteurs confondus, de concrétiser leurs projets de développement. L’Etat s’engage, dans le cadre de ce programme, à accompagner de manière volontariste les entreprises sélectionnées, sur la base d’un contrat de croissance, à travers l’octroi d’une prime à l’investissement matériel et immatériel correspondant à 20% de l’investissement total pouvant aller jusqu’à 5 millions DH.

Les bénéficiaires sont tenus d’apporter au minimum, en fonds propres, 20% de l’investissement total.
A ce jour, six éditions Imtiaz ont été réalisées sur la période 2010-2012 et ont permis de sélectionner 116 projets ayant bénéficié de la prime Imtiaz pour un investissement global de près de 2,63 milliards de dirhams. En termes d’effets attendus pour Imtiaz, ces projets devraient générer un chiffre d’affaires additionnel de plus de 26 MMDH, une valeur ajoutée supplémentaire de plus de 8,5 MMDH et près de 8.721 nouveaux emplois. Le montant global de la prime Imtiaz allouée aux 116 entreprises s’élève à 427,5 millions DH. 63 de ces projets s’inscrivent dans une stratégie de substitution aux importations et 54 projets contribueront au renforcement des exportations et à la diversification des marchés, notamment vers les pays africains.

Comment évaluez-vous l’impact des programmes de l’ANPME sur la PME marocaine?

S’agissant de l’évaluation de l’impact de ses programmes, l’ANPME a mis en place des instruments de suivi, rapides et simples fournissant des résultats de tendance actualisés, qui permettent à l’agence de mesurer et analyser régulièrement les tendances d’impact de ses actions d’appui au profit des PME accompagnées, d’orienter et optimiser son intervention au service des PME et de mesurer le degré de leur satisfaction et cerner les contours d’image de l’agence.

A ce titre, je citerais les résultats de la dernière édition du Baromètre (la 8ème du genre) qui montrent que les PME accompagnées par l’ANPME enregistrent des scores significativement supérieurs à ceux obtenus par le groupe témoin (le groupe témoin est constitué de PME n’ayant jamais été accompagnées par l’ANPME) sur la quasi-totalité des indicateurs observés, à savoir notamment la situation actuelle d’affaires, l’évolution de l’effectif et le volume d’export et d’investissement.

Quelle a été la contribution de l’ANPME à la stratégie nationale de la TPE ?

L’ANPME a contribué à l’élaboration de la stratégie nationale de la TPE, plus particulièrement le volet accompagnement pour lequel elle a assuré la présidence et la coordination du groupe de travail qui lui a été dédié. Les axes composant ce volet ont bénéficié de l’expérience et des acquis des programmes déployés par l’agence au profit de cette catégorie d’entreprises dans le cadre des différents programmes qu’elle a gérés (programmes d’appui à la TPE et à l’entrepreneuriat féminin avec la GIZ ; programme d’appui à la jeune entreprise avec le MCC, programme Infitah /Maroc Numeric 2013,…).

Quant au programme Infitah, il a pour objectif la sensibilisation des dirigeants de TPE à l’utilisation des TI à travers des séances d’initiation valorisées par un permis numérique ouvrant droit à des offres préférentielles. A fin juillet 2013, 3.334 permis numériques et 435 packs TI ont été octroyés. Egalement, le programme Intilak, qui s’inscrit dans le cadre de l’initiative Innovation, est un programme destiné aux TPE avec un financement de la start-up innovante à travers la prise en charge de 90% des dépenses liées au projet dans la limite de 1 million DH TTC. Depuis son lancement, Intilak a profité à 25 entreprises.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *