ABN Amro : Un consortium sort le grand jeu

Un consortium emmené par Royal Bank of Scotland (RBS) a déclenché mercredi une vaste bataille bancaire européenne en proposant quelque 72 milliards d’euros pour l’institut néerlandais ABN Amro, surenchérissant ainsi sur les 67 milliards d’euros déjà proposés par Barclays.
Ce consortium, qui comprend outre RBS, les banques belge Fortis et espagnole Santander (SCH), propose 39 euros par action en numéraire et en actions, un montant 13% plus élevé que l’offre de Barclays.
L’offre de Barclays, lorsqu’elle a été annoncée lundi, représentait 67 milliards d’euros, soit 36,25 euros par action ABN Amro. Elle a depuis perdu un peu de sa valeur, car elle était exprimée en termes d’actions Barclays par action ABN, et que Barclays a reculé en Bourse depuis lundi.
Les 39 euros proposés mercredi valorisent la néerlandaise à 72,1 milliards d’euros.
Le consortium va rencontrer la direction d’ABN Amro pour lui présenter ses propositions. Il demande cependant que la vente prévue de la banque américaine LaSalle à Bank of America, que ABN Amro avait annoncée lundi en même temps qu’elle annonçait accepter une fusion avec Barclays, soit suspendue. Il s’agit en effet de l’actif qui intéresse au premier chef RBS dans cette affaire. ABN l’a promise à Bank of America pour 21 milliards de dollars. Le fonds TCI, actionnaire d’ABN Amro et déterminé à tirer le meilleur prix d’une vente de la banque néerlandaise, a salué mercredi «l’offre convaincante» du consortium.
Dans un communiqué, TCI a estimé que la direction d’ABN «devait laisser au consortium le plein accès à ses livres de comptes immédiatement», et «devait recommander cette offre».
Il a demandé également à ABN Amro «de mettre fin à la vente de LaSalle».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *