Accord agricole : Nouvelle victoire marocaine à l’UE

Accord agricole : Nouvelle victoire marocaine à l’UE

Les ministres des affaires étrangères européens donnent leur visa pour inclure les provinces du Sud

La décision des chefs de la diplomatie des «27» tend à la fois à conforter la base juridique de l’exportation vers l’UE des produits issus des provinces du Sud avec des préférences commerciales et à favoriser le développement de ces régions.

Nouveau revers pour les séparatistes en Europe. En effet, le Maroc ne cesse d’enchaîner les victoires sur la scène internationale, notamment à l’Union européenne (UE), au sujet de son Sahara. Dans les détails, le Conseil des ministres des affaires étrangères des pays membres de l’Union européenne (UE) vient d’adopter à Bruxelles sa décision portant adaptation de l’accord d’association et de l’accord agricole avec le Royaume de nature à inclure expressément le Sahara marocain. Selon une source européenne, il s’agit d’une mesure conforme à la décision de la Cour de justice de l’UE sur l’accord de libéralisation des produits agricoles et autres du 21 décembre 2016, qui vise à consacrer dans les textes l’extension des préférences tarifaires au Sahara marocain, précise la même source.

Il s’agit là d’une cuisante défaite pour les séparatistes du Polisario ainsi que de leurs bailleurs de fonds qui ont mené des mois durant une campagne contre les intérêts économiques du Maroc. Toute cette campagne se révèle aujourd’hui vaine. Car la même source européenne explique que la décision des chefs de la diplomatie des «27» tend à la fois à conforter la base juridique de l’exportation vers l’UE des produits issus des provinces du Sud avec des préférences commerciales et à favoriser le développement de ces régions. Après cette étape, les parlementaires européens devront également valider la décision.

Une validation qui pourra intervenir très prochainement d’ailleurs. Dans ce sens, les ministres des affaires étrangères de l’UE ont demandé au Parlement européen de l’adopter dans les meilleurs délais. Il faut dire que cette décision doit permettre à l’UE «de continuer à revigorer son partenariat avec le Maroc et montre la voie à suivre pour l’accord de pêche entre les deux partenaires dans les mois à venir». Il va sans dire que les thèses séparatistes ont reçu un coup dur. Toutes leurs manœuvres menées et les financements accordés par les ennemis de l’intégrité territoriale mènent depuis de nombreuses au même résultat : l’échec. De son côté, le Maroc est conforté dans ses positions tout en continuant ses projets et ses actions en harmonie avec ses partenaires, notamment sur le Vieux Continent.

Pour rappel, en juin dernier, le collège des commissaires au niveau du Conseil de l’Europe avait adopté à l’unanimité une décision attestant que l’ensemble des produits originaires du Maroc, y compris ceux originaires du Sahara, bénéficie des préférences tarifaires convenues dans le cadre de l’Accord d’association conclu entre le Royaume du Maroc et l’Union européenne.

Il faut rappeler que cette décision elle-même avait été prise suite à l’arrêt de la CJUE du 21 décembre 2016, soulignant que l’extension de l’accord aux produits du Sahara est conforme à la politique commerciale de l’UE, aux objectifs généraux de la politique européenne de voisinage PEV et à la politique globale de l’Union à l’égard du Royaume.

La Commission européenne n’avait pas manqué de rappeler que le Maroc reste un partenaire majeur et que son partenariat avec le Royaume est enrichissant et pluridimensionnel. Il ne faut pas oublier non plus que le collège des commissaires du Conseil de l’UE avaient adopté un rapport sur le bénéfice socio-économique de l’accord, élaboré par la Commission européenne et le SEAE, qui s’est basé sur un processus de consultations nationales, tant au niveau des deux Chambres du Parlement, des régions, que de la société civile. En effet, le Conseil avait conclu notamment que la population des provinces du Sud, qui profite pleinement des retombées positives de l’accord, est en faveur de la confirmation des préférences commerciales aux produits des provinces du Sud, en ce que cela est un véritable levier pour renforcer les standards socio-économiques de la région, notamment en matière d’investissement privé et qui conforterait le nouveau modèle de développement des provinces du Sud.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *