Accord d’Agadir : Un processus qui évolue

Accord d’Agadir : Un processus qui évolue

890 millions de dollars d’échanges commerciaux à fin 2015

200 millions de dollars, telle est la valeur qui a consolidé les échanges entre le Maroc et trois autres pays arabes, en l’occurrence l’Égypte, la Tunisie et la Jordanie. Ces états membres de l’Accord d’Agadir sur le libre-échange ont vu, en 8 ans, leurs transactions commerciales passer de 690 à 890 millions de dollars. C’est ce qu’a dévoilé Mohamed Abbou, ministre délégué en charge du commerce extérieur, lors de la 3ème réunion de la commission des ministres du commerce des pays membres de cet accord.
Lors de cette rencontre tenue au Caire, le Maroc a fait part de sa satisfaction du bilan de coopération avec les pays membres de l’Accord d’Agadir. L’évolution des échanges commerciaux s’avère motivante pour les parties prenantes, et ce en dépit des entraves qu’ils pourraient affronter. Certes, le processus d’application de l’Accord d’Agadir va bon train, toutefois des moyens devraient être déployés en vue de libéraliser les échanges commerciaux entre les pays membres et augmenter leurs exportations vers l’Union européenne, notamment à travers des projets de complémentarité industrielle.

Les ambitions du Maroc sont grandes.

Mohamed Abbou a souligné, à cet effet, les opportunités à saisir de cette coopération. Il a fait part de la volonté du Maroc d’apporter de nouvelles formes d’appui audit accord. «En dépit de cette courbe ascendante, le Maroc aspire à tirer encore vers le haut le niveau de cette coopération, avec la contribution du secteur privé», a indiqué Mohamed Abbou. Le secteur privé est donc invité à prendre part à cette dynamique, et ce en explorant et exploitant toutes les possibilité offertes à ce propos.

Le ministre a, dans ce sens, passé en revue les principales actions engagées par le Royaume et ce dans le cadre de sa politique d’ouverture économique. «Le Maroc a mis en place des plans ambitieux au niveau sectoriel et développé un système juridique encadrant ses échanges commerciaux avec les membres de l’Accord, dans un cadre bilatéral ou multilatéral», a-t-il précisé.
Notons que l’application effective de l’Accord d’Agadir date de mars 2007. Lancé à l’initiative du Maroc, cet accord vise à renforcer la complémentarité économique entre le Maroc, l’Égypte, la Tunisie et la Jordanie ainsi qu’à rehausser leur volume des échanges commerciaux que cela soit en interne ou sur le plan européen.

(Avec MAP)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *