Accords de libre-échange : les ALE, un stimulateur des investissements

Accords de libre-échange : les ALE, un stimulateur des investissements

Une première évaluation des résultats des accords de libre-échange (ALE), conclus avec différents partenaires commerciaux, montre que ces accords ont stimulé les Investissements directs étrangers (IDE) qui ont réalisé un saut qualitatif, a affirmé le ministre du Commerce extérieur, Abdellatif Maâzouz. Intervenant lors de la séance des questions orales, mardi 22 décembre à la Chambre des conseillers, le ministre a expliqué que les ALE s’inscrivent dans le cadre de l’orientation économique choisie par le Royaume depuis le début de la décennie 80, et dans le cadre de la politique d’ouverture en matière de commerce extérieur en vue d’ouvrir de nouveaux marchés pour les exportations nationales et drainer des investissements étrangers. L’Union européenne est le principal exportateur d’IDE vers le Maroc (80% des IDE entre 2000 et 2008), dont 63% viennent de France et d’Espagne, a-t-il ajouté, précisant que les investissements américains ont atteint 3,6% et ceux de provenance arabe restent modestes en dépit du fait que les Emirats Arabes Unis ont réalisé des investissements de l’ordre de 5 milliards DH, soit la troisième position après la France et l’Espagne. Si les accords conclus avec l’UE, les pays arabes et la Turquie visent à actualiser le cadre juridique des échanges commerciaux consacrés au niveau de l’environnement régional du Maroc, a dit le ministre, l’ALE signé avec les Etats-Unis ambitionne, quant à lui, de diversifier les marchés, de drainer les investissements et de réaliser un certain équilibre dans les relations commerciales du Maroc. Pour ce qui est des échanges commerciaux avec l’UE, le ministre a précisé que les exportations sont passées de 59,6 milliards de dirhams en 2000 à 92,2 milliards de dirhams en 2008, soit une hausse annuelle moyenne de 6%, alors que les importations ont augmenté de 72,4 milliards de dirhams en 2000 à 168,8 milliards de dirhams en 2008 (soit plus 11%). Abordant les échanges avec la Turquie, M. Maâzouz a expliqué qu’elles sont passées de 1,1 milliard de dirhams en 2006 à 2,3 milliards de dirhams en 2008, soit une hausse annuelle moyenne de 48%, un taux qui dépasse celui des importations de 33% (5,5 milliards de dirhams en 2006 contre 8,3 milliards de dirhams en 2008). Dans le cadre de l’Accord d’Agadir, le volume des échanges a été de 2,5 milliards de dirhams en 2008, soit une augmentation de 27%, avec des exportations estimées à 1,3 milliard de dirhams en 2008, contre 0,8 milliard de dirhams en 2004 (plus 15%), a fait savoir le ministre. Concernant les échanges avec les pays arabes, M. Maâzouz a rappelé que le Maroc a été parmi les premiers pays arabes à parapher la convention de gestion et de développement des échanges commerciaux interarabes, et son programme d’exécution, sur la base de laquelle a été créée la grande Zone arabe de libre-échange, et ont été supprimées, à compter du 1er janvier 2005, toutes les taxes douanières sur les marchandises échangées entre pays arabes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *