Activités logistiques : Une valeur ajoutée de 22 milliards de dirhams en 2016

Activités logistiques : Une valeur ajoutée  de 22 milliards de dirhams en 2016

L’activité logistique au Maroc maintient son développement. Le secteur a connu un saut significatif durant les dernières années. Les derniers chiffres du secteur confirment cette tendance.

On note à cet effet une valeur ajoutée directe de 22 milliards de dirhams en 2016 avec une contribution de 2,53% au Produit intérieur brut. C’est ce que confirme Rachid Tahri, président de l’observatoire marocain de la compétitivité logistique (OMCL), lors d’un point de presse consacré pour dresser le panorama du secteur. La valeur ajoutée directe de la logistique a ainsi enregistré une croissance annuelle moyenne en volume sur la période 2010-2016 de 3,74%. Par ailleurs, la contribution globale des activités logistiques des prestataires et donneurs d’ordre (chargeurs, industriels et commerçants) est estimée à 45 milliards de dirhams en 2016. Elle représente ainsi 5,02% du Produit intérieur brut.

Cette évolution a été accompagné par un renforcement d’effectif. Le secteur a créé en six ans (2010-2016) 24.000 emplois nets détenant ainsi une part de 9% de l’ensemble des créations au niveau national. Se référant à l’observatoire marocain de la compétitivité logistique, le volume de l’emploi au niveau du secteur a évolué en moyenne annuelle de 2,4% sur ladite période. Ces chiffres témoignent des avancées du secteur auquel l’Etat accorde une attention particulière. La logistique est en effet un des leviers de compétitivité de l’économie nationale. C’est dans ce sens que le secteur s’est doté d’une feuille de route axée autour de cinq axes, en l’occurrence la mise en place d’un réseau national intégré de zones logistiques dotant ainsi le Maroc d’infrastructures logistiques performantes d’une superficie de près de 3.300 hectares en 2030. Parmi les objectifs promus par la stratégie nationale de la logistique figure également l’optimisation des principaux flux de marchandises  à travers la mise en œuvre des plans d’action spécifiques associant les acteurs publics et les opérateurs économiques logisticiens ou clients de la logistique.

La vision stratégique incite également à l’émergence d’un tissu d’acteurs logistiques intégrés et performants du développement des compétences par la définition d’un plan national de formation dans les métiers de la logistique et l’adoption d’un cadre de gouvernance.  Rappelons que l’Observatoire travaille avec la Banque mondiale sur une plate-forme concernant la formation avec l’objectif de réaliser l’adéquation entre l’emploi et la formation avec un focus sur les jeunes pour la valorisation de cette activité. De même un intérêt particulier est accordé à l’immobilier logistique à travers le recensement de tous les superficies et entrepôts dédiés à la logistique aussi bien chez les industriels que les prestataires.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *