Adecco mise sur le net avec Jobpilot

Les technologies de l’information et de la communication ne laisse aucun secteur à l’écart. Dernière information, le groupe suisse Adecco, spécialisé dans la formation, annonce ses nouvelles orientations dans ce domaine. .Il. mise considérablement sur la toile des toiles pour renforcer sa présence sur le marché de l’emploi. Ce ne sont pas que des lettres mortes.
Le 6 février, il lance une offre de rachat sur le réseau de sites de recrutement Jobpilot, basé en Allemagne. Le détail de l’opération laisse savoir que la transaction se fera en numéraire et devrait être définitivement conclue en avril 2002. Même le prix du rachat des actions est communiqué. Adecco propose 5,30euros par action Jobpilot, soit au total environ 70 millions d’euros. En monnaie nationale, ça fait dans les 700 millions de DH (chiffre rond). Les informations qui circulent laissent entendre que cette offre de reprise est plutôt bien accueillie du côté de la société allemande. Son comité directeur l’a approuvée et recommande aux actionnaires d’en faire autant. Les trois plus importants d’entre eux, Roland Metzger, le P-DG fondateur de Jobpilot, la société allemande United Internet et l’investisseur Private Equity Bridge, qui représentent ensemble environ 69 % du capital, ont déjà manifesté leur accord de principe.
«Nous n’avions pas besoin d’être rachetés pour continuer nos activités, mais nous sommes néanmoins très contents d’avoir trouvé des gens de notre environnement, dont les activités ne sont pas concurrentes mais complémentaires», confirme Patrick Pedersen, directeur général de la filiale française de Jobpilot. Dans une déclaration faite à ZDNet. Dans la pratique, Adecco devrait conserver la marque Jobpilot, car elle «représente un excellent noyau pour [ses] activités de recrutement en ligne, qui sont devenues une priorité stratégique». A en croire plusieurs sources, l’opérateur suisse est cité déjà cité comme un repreneur potentiel de la société Stepstone en octobre dernier, lorsque celle-ci connaissait des difficultés financières.
Jobpilot, présent dans quinze pays européens ainsi qu’en Asie, a engrangé 45,2millions d’euros de recettes sur l’année 2001 (6,9 millions en France), soit une hausse de 35% par rapport à 2000. Dans le même temps, la société est parvenue à réduire sa perte nette de 32%, pour atteindre 21,2millions. Elle espère fort être rentable au cours du premier semestre2002.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *