ADM : Feu vert pour un crédit de 2,9 MMDH

ADM : Feu vert pour un crédit de 2,9 MMDH

Les prêts désormais accordés à la Société nationale des autoroutes du Maroc sont étalés sur une durée de 20 ans.

ADM est désormais autorisée à contracter des prêts bancaires à hauteur de 2,9 MMDH après le feu vert du ministère de l’économie et des finances. Ce dernier vient de rendre publique sa décision relative à la détermination des conditions de conclusion des prêts bancaires contractés par la Société nationale des autoroutes du Maroc. Parue au Bulletin officiel du 23 février 2017, elle corrobore la garantie accordée par l’Etat aux prêts bancaires contractés par la Société nationale des autoroutes du Maroc conformément au décret du 15 décembre 2016. En effet, les prêts désormais accordés à la Société nationale des autoroutes du Maroc sont étalés sur une durée de 20 ans.

La décision du ministre de l’économie et des finances précise à ce sujet que le taux d’intérêt fixé est de 4% au maximum.  Ladite décision stipule également qu’il sera procédé à la détermination des taux et de leur remboursement sur des tranches semestrielles à  partir du 30 juin 2017. Par ailleurs, la consommation de ces prêts se fera sur 34 tranches semestrielles respectivement au 30 juin et au 30 décembre de chaque année et ce pour la première fois à la date du 30 juin 2020. Pour rappel, ADM avait dévoilé sa nouvelle vision stratégique et les grands axes de sa restructuration financière.

Ainsi, la société avait mis en avant des actions de profilage de sa dette en autorisant deux opérations d’optimisation. La première concerne le rachat d’une partie de la dette en dinar koweïtien à hauteur de 2,9 MMDH. Une opération qui avait pour but de réduire le coût et de couvrir le risque de change que représente le dinar koweïtien par le biais d’un prêt garanti par l’Etat et contracté auprès de banques marocaines.

La seconde est relative à l’optimisation de dette obligataire d’ADM par le rachat d’anciennes opération obligations au taux onéreux pour un montant de  5,9 MMDH et leur remplacement par de nouvelles obligations à des taux mieux adaptés.

Leila Ouchagour

(Journaliste stagiaire)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *