Affichage des prix : La sensibilisation démarre

Le consommateur marocain et celui en visite au pays ne peut que se féliciter des grandes lignes du projet d’exigence de l’affichage des prix, notamment dans le secteur de l’artisanat. Dans la journée du mercredi 13 février, un atelier de travail fut entièrement consacré à la discussion et la présentation des points clés de la campagne de sensibilisation portant sur ce projet. Car avant tout, il faut reconnaître que le terrain n’est pas encore prêt pour accueillir les bras grands ouverts un tel projet, encore plus l’appliquer sans failles. Dans ce sens, il est prévu de démarrer cette campagne en collaboration avec l’ensemble des acteurs concernés.
Associations professionnelles, représentants des départements ministériels concernés, chambres artisanales, corps de métiers… sont tous appelés à se mobiliser pour réussir cette action de communication. Dans la pratique, l’opération aura une dimension d’abord régionale. «Il s’agit d’un travail de proximité», assure un fonctionnaire du ministère des affaires générales et de l’artisanat. En d’autres termes, les «chargés de communication» sont amenés à infiltrer la culture de l’affichage dans les esprits des commerçants de l’artisanat, petits soient-ils ou grands, leur expliquer ses soubassements et ses aboutissements. Le tout dans un langage «terre-à-terre».
«Le message doit être clair, exprimé dans un langage que l’interlocuteur concerné maîtrise parfaitement», ajoute la source. Le coup d’envoi de l’opération est programmé pour le 5 mars. Elle s’étalera sur deux mois environ, selon les propres estimations d’un professionnel. «c’est une opération de grande envergure qui demande du temps et du souffle», explique-t-il. Ceci étant, la campagne peut s’étendre sur une durée plus longue en fonction du rythme d’avancement des travaux.
Une fois le terrain balisé, c’est une deuxième étape qui va s’annoncer, celle de la mise en application effective du dispositif d’affichage des prix. Les grandes structures seront contraintes, en premier lieu, à respecter les dispositifs de la loi sur la concurrence et la liberté des prix. Car, d’elle émane le projet de notification des tarifs. Les moyennes, petites et micro-entreprises se plieront à leur tour au dispositif avec un décalage préférentiel dans le temps. Facture, étiquetage et affichage seront les mots clés à ne pas omettre dans la vie quotidienne des commerçants.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *