Africa pay & Id expo : Le potentiel du marché du paiement mobile en Afrique exposé à Marrakech

Africa pay & Id expo : Le potentiel du marché du paiement mobile en Afrique exposé à Marrakech

Le Maroc de l’investissement, le pays abrite plus de 50 multinationales dans le domaine de l’offshoring IT employant plus de 70.000 personnes, 3 Technoparcs d’incubation des start-up, et 5 zones intégrées offshore.

Pari gagné du paiement mobile en Afrique, c’est en tout cas l’une des conclusions de la 13ème conférence du «Africa pay & ID expo» qui s’est déroulée à Marrakech les 22 et 23 mars 2018. Lors de la plénière inaugurale, Jean-Noel Georges, le président de l’Africa Pay & ID expo 2018 a mis l’accent sur l’importance de ce salon qui ne réunit pas moins de 80 institutions financières africaines avec l’invité d’honneur de cette année qui est le Gabon.  De son côté, Mohamed Horani, président-directeur général de HPS, a expliqué que les principales tendances de l’industrie du paiement dépendent de trois axes, à savoir la technologie, le marché et la réglementation. Pour lui, ces trois aspects ne cessent de s’influencer mutuellement rendant l’exercice de prédiction difficile.

Sur le plan technologique en 2018,  la technologie sera embarquée partout. A ce niveau, l’intelligence artificielle par exemple «s’invite dans pratiquement toute la technologie aussi bien pour les objets connectés que dans les applications et les outils d’analyse des données», indique le PDG de HPS. Ensuite, le digital qui permet de fusionner le monde virtuel et le monde réel grâce notamment à la plate-forme conversationnelle intelligente et aux expériences permises par la réalité virtuelle et la réalité augmentée. Par ailleurs, M. Horani a mis l’accent sur ce qu’on appelle la «blockchain» (à savoir la technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée, qui fonctionne sans organe de contrôle). Celle-ci continue son expansion mais reste néanmoins dans un stade expérimental, précise-t-il en se référant aux études menées dans ce domaine. Pour sa part, Samia Charki, de la direction de l’économie numérique au ministre de l’industrie, de l’investissement, du commerce et de l’économie numérique, a mis en avant les atouts et les performances de l’industrie numérique au Maroc. Ainsi, l’essor dans l’usage des technologies de l’information et de la communication de l’économie numérique au Maroc est boosté par le taux de pénétration d’Internet et de la téléphonie mobile. Elle a rappelé qu’en terme de chiffres le Maroc compte plus de 43 millions d’abonnés du mobile avec un taux de pénétration de 126% à fin 2017 et 22,2 millions d’abonnés à Internet (fixe et mobile) avec un taux de pénétration de 63,67%. Sur le plan de l’investissement, le pays abrite plus de 50 multinationales dans le domaine de l’offshoring IT employant plus de 70.000 personnes, 3 Technoparcs d’incubation des start-up, et 5 zones intégrées offshore.

Lors de cet événement les participants ont pu découvrir et partager les nouveaux horizons de la monétique et les nouvelles technologies de paiement en Afrique ainsi que les stratégies et mécanismes adoptés pour associé la carte et les modes de paiement en ligne. Notons que cette plate-forme de débat est dédiée à la promotion du partenariat Sud-Sud en Afrique francophone.

Mohamed Horani, PDG de HPS :  «La monnaie électronique pourrait être une très bonne solution pour tous les projets de monnaie unique dans une région»

En marge de cet événement, Mohamed Horani a confié que «cette conférence africaine sur le paiement électronique connaît une avancée extraordinaire aussi bien en termes de nombre de participants qu’en termes de solutions proposées par les différents exposants. Notre société HPS est le partenaire officiel de l’événement et dans ce cadre nous présentons toutes les nouveautés que nous avons pu mettre en place dans le domaine du paiement électronique et notamment le «mobile payment». On a développé de nombreuses solutions, qui vont du paiement classique d’un client à un commerçant par mobile, au transfert d’argent à une personne par mobile, ou encore le paiement d’un commerçant à son fournisseur via mobile. Il s’agit d’un ensemble de solutions que nous allons exposer dans ce salon. A cet égard, nous estimons que cette conférence est une occasion pour permettre aux pays africains d’échanger leurs expériences. Parce que, effectivement, c’est un domaine qui nécessite de l’interopérabilité internationale et d’ailleurs la monnaie électronique pourrait être une très bonne solution pour tous les projets de monnaie unique dans une région» .

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *