Afrique Atlantique : Le Maroc en a déjà posé les jalons

Afrique Atlantique : Le Maroc en a déjà  posé les jalons

Les auteurs de l’«Atlantic Currents» plaident pour un agenda africain commun

La prospérité économique n’est pas la seule finalité promue par le Maroc au niveau continental. De par sa présence en Afrique le Maroc investit indirectement dans la stabilité sociale et appuie le volet sécuritaire des pays africains.

La présence des banques marocaines en Afrique est citée en exemple dans le rapport «Atlantic Currents». Établie par OCP Policy Center et le German Mashall Fund of the United States (GMF), cette étude analyse les tendances et les enjeux de l’espace atlantique sous diverses perspectives. L’accent a été porté sur l’Afrique avec une ambition de construire une communauté africaine atlantique. C’est ce qui ressort de la première rencontre de la 5ème édition de la conférence «The Atlantic Dialogues» qui se poursuit à Marrakech jusqu’au vendredi 16 décembre. «C’est un travail élaboré par un ensemble d’experts qui cherchent à matérialiser le dialogue entre les pays de l’Atlantique. A travers les volets examinés, nous avons voulu prendre en considération une atlantique encore plus large», a souligné à ce propos Karim El Aynaoui, directeur général de l’OCP Policy Center. Parmi les constats faits par les auteurs du Rapport «Atlantic Currents», on cite la dominance des acteurs étrangers dans le secteur bancaire africain. L’implantation marocaine en Afrique a été mise en exergue. Le rapport cite les trois groupes marocains les mieux établis sur le continent africain. Il s’agit en effet d’Attijariwafa bank, la BMCE Bank et la Banque Populaire.

En ce qui concerne ces trois institutions bancaires, les auteurs du rapport indiquent que ces banques constituent le moteur de la croissance des investissements marocains sur le continent.

Dans un bref entretien accordé à ALM, Bouchra Rahmouni Benhida, professeure universitaire ayant participé à l’élaboration du rapport «Atlantic Currents», indique que  «ces banques ont permis au Maroc de devenir le deuxième investisseur en Afrique et le premier en Afrique de l’Ouest. 54% des investissements directs étrangers marocains en Afrique émanent des banques».

La prospérité économique n’est pas la seule finalité promue par le Maroc au niveau continental. De par sa présence en Afrique le Maroc investit indirectement dans la stabilité sociale et appuie le volet sécuritaire des pays africains. «Le Maroc apporte une gestion  structurelle aux crises que connaît l’Afrique de façon à contribuer à l’éradication du terrorisme via  plusieurs projets menés dans le continent. N’oublions pas que les investissements sont un vecteur primaire d’employabilité. Ceci aide à limiter la frustration», explique Bouchra Rahmouni Benhida. Et de préciser que «si l’on prend le cas d’Addoha, à travers ses investissements en Afrique, le Groupe immobilier permet à la population locale d’avoir un logement et par conséquent lui procure une sécurité. De même, les investissements d’OCP contribuent significativement à la lutte contre l’insécurité alimentaire. Et comme il est connu, le phénomène migratoire y est parce que les gens n’ont rien à manger. Du coup ils sont obligés de se rendre sous d’autres cieux, ce qui explique tous les problèmes que peut générer la migration sur le plan social et sécuritaire».

Notons que les enjeux de la révolution de l’énergie verte sont également pris en compte dans le rapport. L’accent est mis sur les ressources financières à injecter ainsi que les cadres politiques nécessaires à mettre en œuvre par les pays atlantiques pour atteindre les objectifs fixés.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *