Agence nationale des ports : Un régulateur dynamique

Agence nationale des ports :  Un régulateur dynamique

L’Agence a fait de la qualité et la sécurité son cheval de bataille. Un grand chantier a été ouvert dans le secteur ayant pour finalité l’amélioration de la qualité des services, la sécurité des opérations portuaires et l’optimisation des coûts logistiques.

Née de la dernière réforme portuaire, l’Agence nationale des ports (ANP) joue le rôle de régulateur du secteur. Sa création marque en effet une rupture avec le monopole de l’ODEP qui conformément aux dispositions de la loi 15-02 a scindé cette entité en deux, à savoir la Société d’exploitation des ports (SODEP) et l’Agence nationale des ports (ANP). Cet organe d’autorité, opérationnel depuis 2006, gère 33 ports du Royaume, soit l’ensemble des infrastructures portuaires nationales à l’exception du Port Tanger Med.

Outre la régulation des activités portuaires, l’ANP a pour mission, entre autres, de poursuivre la réalisation des grands chantiers portuaires, la préservation du patrimoine portuaire, la contribution à la mise en œuvre de la stratégie nationale de compétitivité logistique ainsi que la simplification et la facilitation des procédures de transit portuaire.

L’agence répond en effet à un mode d’organisation décentralisée en conformité avec les spécificités des régions et en tout respect de leur autonomie.

Pour la modernisation de l’infrastructure portuaire

Parmi les attributions de l’ANP, on note le développement, la maintenance et la modernisation des ports. Une mission qui vise à traiter les navires et marchandises transitant par les ports dans les meilleures conditions de gestion, de coûts, de délais et de sécurité. C’est dans cette optique que l’Agence a fait de la qualité et la sécurité son cheval de bataille. Un grand chantier a été ouvert dans le secteur ayant pour finalité l’amélioration de la qualité des services, la sécurité des opérations portuaires et l’optimisation des coûts logistiques. L’agence a œuvré durant ses 13 ans d’exercice à la mise à niveau d’un patrimoine portuaire qui répond aux derniers standards internationaux. L’Agence a dans ce sens entamé la reconversion de certains ports leur favorisant une meilleure intégration. Il a également été procédé à la facilitation des procédures du commerce extérieur, notamment à travers la création du guichet unique «Portnet» sans oublier la professionnalisation de la communauté portuaire.

3,1 milliards de dirhams pour la période 2019-2021

L’encouragement des investissements privés et le développement d’activités connexes figurent parmi les priorités de l’ANP. L’Agence depuis son démarrage a déployé une politique d’investissement prometteuse. A cet effet, l’ANP a mis en place des programmes quinquennaux portant sur une enveloppe moyenne de trois milliards de dirhams.

Le dernier en date est le plan d’action établi pour la période 2018-2022 pour lequel l’ANP consacre une enveloppe budgétaire de l’ordre de 6 milliards de dirhams. Rien que pour le cap 2019-2021, des investissements de 3,1 milliards de dirhams sont injectés dont 1,5 milliard de dirhams pour la seule année 2019. L’année 2019 connaîtra le lancement de nouveaux projets de développement, dont l’extension du port de Jebha, la réalisation du faisceau de pipes au port de Jorf Lasfar, l’aménagement du port sec de Zenata et l’aménagement d’un parking pour poids lourds dans la région de Zenata. Selon les prévisions de l’ANP, un volume de trafic de plus de 90 millions de tonnes devrait être traité durant cette année marquant ainsi une hausse de 4,5 % suite à la reprise des ventes à l’étranger des phosphates et dérivés et l’augmentation des importations de charbon et ce, suite à la mise en service de la nouvelle centrale électrique de Safi.

2019 année de régulation

L’exercice 2019 est placé sous le signe de la régulation. L’Agence consolidera durant l’année son référentiel selon une approche dynamique qui associe l’ensemble des acteurs de l’écosystème portuaire. L’Agence prévoit de mettre en concession le  nouveau chantier naval du port de Casablanca, le renforcement de la régulation opérationnelle et l’opérationnalisation de l’observatoire de la compétitivité des ports. Sur le plan financier, l’ANP consolidera davantage ses agrégats. Son chiffre d’affaires devrait atteindre 1,9 milliard de dirhams représentant une progression de 8,8 % par rapport à l’exercice 2018.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *