Agriculture : 8 MDH pour un centre de réception de la betterave à Beni Mellal

La Société Sucrerie Raffineries du Tadla (SUTA), filiale du groupe Cosumar, a engagé au titre de l’exercice 2008 des investissements de 8 millions de dirhams (MDH) pour la mise en service d’un Centre de réception de la betterave, l’un des meilleurs centres à l’échelle nationale et internationale. La technologie de pointe adoptée au niveau du centre est identique à celle installée aux centres de réception des sucreries européennes.
Le centre est accrédité selon la norme marocaine ISO 17025 qui a pour but de prouver la crédibilité, l’efficacité et la fiabilité des résultats d’analyses et des méthodes d’agréages obtenus au niveau du Centre. Entièrement géré par un automate programmable, le Centre représente un grand intérêt pour la région, pour les agriculteurs et pour le groupe Cosumar, a souligné le directeur général de la SUTA, Hassan Mounir, dans une déclaration à la MAP.
Depuis 2007, le Centre a été complètement automatisé, ainsi que l’ensemble des opérations qui interviennent dans le processus de réception de la betterave, dont l’échantillonnage, l’analyse de la richesse saccharine et de la qualité de la betterave, a indiqué M. Mounir.
Selon M. Mounir, l’automatisation du Centre s’inscrit aussi dans le cadre d’un plan de développement visant l’amélioration des performances agricoles de la sucrerie en accordant une «grande importance» au développement de l’irrigation économe. Dans ce sens, le directeur de la SUTA a appelé à l’utilisation du mode d’irrigation localisée, puisque le développement ou la productivité de la plante sucrière, a-t-il dit, «reste limitée par la technique utilisée dans l’irrigation», notamment le mode de goutte-à-goutte. «Cette méthode permet de réduire la consommation d’eau de 40 % et de régulariser la quantité d’eau dispensée à la plante et doc satisfaire les besoins réels de la plante sur toute l’année, avec des rendements meilleurs», a expliqué M. Mounir. Le directeur général de la SUTA a mis l’accent également sur l’importance de la convention de partenariat qui vise la simplification de la procédure d’accès aux subventions de 60% accordées par l’Etat pour l’extension de la superficie irriguée. D’un montant de 20 MDH, cette convention vise la reconversion dans la zone bour des systèmes d’irrigation gravitaire au mode localisé sur une superficie de 500 hectares appartenant aux membres de la coopérative Yaichia. Pour faire face au morcellement des terres, le responsable a lancé un appel aux agriculteurs pour se regrouper en coopératives en vue d’améliorer la rentabilité au plan qualité et richesse. La filière génère plus de 3 millions de journées de travail dans la région, sur une superficie de 12.000 hectares appartenant à 7.700 betteraviers. Au niveau national, l’industrie sucrière est composée de quatre autres sociétés localisées au niveau des grands périmètres irrigués de Doukkala, Gharb, Loukkos et Moulouya.
 

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *