Agriculture : Blé : A la recherche de 500.000 tonnes

Une quantité de 500.000 tonnes de blé. C’est l’objet du dernier appel d’offres international lancé par l’Office national interprofessionnel  des céréales et légumineuses (ONICL) jeudi dernier, pour des livraisons prévues pour les deux prochains mois. 
L’Office précise que 30 % de ces quantités devra être livrée à partir du 1er novembre, 30 % à partir du 15 novembre et les 40 % restants à compter du 1er décembre. Le résultat de l’appel d’offres sera connu le 17 octobre.
Ces quantités devront compenser le déficit enregistré sur le plan national en produits céréaliers. Les dernières statistiques de
l’ONICL montrent une chute des quantités collectées. Durant la dernière semaine de septembre dernier, la collecte des céréales a porté sur 68.000 quintaux constitués presque exclusivement de blé tendre.
Le cumul de la collecte a atteint ainsi les quatre millions de quintaux, majoritairement de blé tendre. Selon l’ONICL, ce volume est en diminution de 72% par rapport à la moyenne quinquennale et de 81 % par rapport à l’année précédente. Mais, ce volume est en hausse de 21 % par rapport à l’an 2000, selon la même source.
Au cours de la dernière semaine du mois précédent, les prix moyens d’achat du blé tendre par les organismes de collecte se sont envolés. Chez les commerçants, le prix moyen est de 328 dirhams le quintal contre 299 dirhams le quintal chez les minotiers. Sur le marché international, le prix du blé a terminé la semaine dernière sur une petite hausse, conforté par le retour des importateurs sur la scène internationale.
Les analystes mondiaux s’attendent à une révision à la baisse de la production de blé en Australie, affectée par la sécheresse. Ils tablent aussi sur un recul significatif du stock de blé aux Etats-Unis en raison de la forte demande mondiale. Vendredi dernier, le marché européen, Euronext, est resté sur sa réserve et à la mi-journée 788 lots seulement ont été traités. 
La tonne de blé meunier a progressé timidement de 1,50 à 2,25 euros. L’échéance de novembre valait 250,50 euros la tonne contre 249 euros la veille en clôture. Pour sa part, Rouen a exporté quelque 44.900 tonnes de blé entre le 4 et le 10 octobre, selon les responsables portuaires, jeudi dernier, dans leur relevé hebdomadaire. Le blé du premier port céréalier d’Europe a été acheminé principalement vers le Maroc avec 21.100 tonnes et Madagascar avec 12.000 tonnes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *