Agriculture : De nouvelles mesures pour le blé

Agriculture : De nouvelles mesures pour le blé

De nouvelles mesures pour le secteur agricole et notamment pour le blé. «Avec les perspectives d’une bonne récolte céréalière, le gouvernement a mis en place des mesures destinées à garantir une meilleure rémunération des agriculteurs et un bon dynamisme des opérateurs sur le marché», a précisé Abderrahim Benyassine, chef de division des céréales, légumineuses et fourrages au ministère de l’Agriculture, du Développement rural et des pêches maritimes, lors d’une réunion consacrée aux mesures prises par le gouvernement pour assurer la commercialisation de la récolte de la campagne 2005-2006. « Ces mesures portent sur l’amélioration du régime de commercialisation du blé tendre et sur le maintien d’une protection appropriée à la frontière durant toute la période de collecte et d’écoulement de la production », a-t-il ajouté dans une déclaration relayée par l’agence de presse MAP. 
En fait, ce régime repose sur la généralisation de l’octroi de la prime de stockage à l’ensemble du blé tendre collecté par les organismes stockeurs et l’instauration d’un système d’appels d’offres pour l’approvisionnement des minoteries en blé tendre pour la fabrication des farines subventionnées.
Ce responsable a relevé également que l’Office national interprofessionnel des céréales et des légumineuses « fournira aux opérateurs et médias nationaux des informations régulières sur l’évolution des prix intérieurs, des quantités commercialisées et des stocks disponibles sur le plan interne ainsi que sur l’évolution des cours mondiaux affichés sur les marchés internationaux ». Par ailleurs, les autres mesures concernent le développement et la diversification des productions végétales, la valorisation de l’eau d’irrigation, l’encadrement des agriculteurs et le financement des exploitations agricoles.
Dans ce sens, il faut noter que la campagne agricole 2005-2006 a été marquée par l’annulation des dettes de 100 mille agriculteurs en situation de précarité. Cette opération a nécessité un coût global de 3 milliards DH, dont deux milliards Dh supportés par le Crédit Agricole Marocain (CAM) et un milliard de Dh par l’Etat.
Selon toujours la même source, le financement des exploitations agricoles, traitées dans le cadre de cette opération, sera pris en charge par une nouvelle structure d’accueil, de diagnostic, d’orientation et d’accompagnement, à savoir Dar El Fellah, dont 15 antennes seront ouvertes progressivement dans les années à venir.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *