Agriculture : Des indicateurs agraires positifs pour la campagne 2010-2011

Agriculture : Des indicateurs agraires positifs pour la campagne 2010-2011

L agriculture marocaine a récolté d’excellents fruits durant la campagne 2010-2011. C’est ce qui ressort de la présentation de Aziz Akhennouch, ministre de l’agriculture et de la pêche maritime, effectuée mardi 20 septembre à Rabat, devant le Conseil de Gouvernement. Conditions climatiques et dispositifs ministériels ont convergé pour rendre cette année agricole plus fructueuse que les précédentes. En effet, les résultats sont allés crescendo. Des progressions sur tous les niveaux confirment la pertinence du Plan Maroc Vert. Les chiffres de la production céréalière illustrent pleinement ces performances. Ainsi, le volume des céréales a grimpé de 12% comparativement aux saisons précédentes pour atteindre les 84 millions de quintaux au titre de la campagne 2010-2011. Dans ce sens, le rendement s’est situé en moyenne à 20 quintaux par hectare, soulignant que certaines zones ont même enregistré près de 75 quintaux par hectare. Même constat pour les cultures sucrières qui, grâce aux mesures de relance et aux techniques déployées, ont vu leur volume de production considérablement progressé. En données chiffrées, les productions de la betterave sucrière et de la canne à sucre se sont accrues respectivement de 22 et 18,7% au titre de la saison agricole 2010-2011. Le secteur de l’oléiculture connaît également une nette amélioration. Au cours des deux dernières saisons, la moyenne de production a atteint un volume de 4,1 millions de tonnes. Les exportations de l’huile d’olive vierge ont progressé, pour leur part, de 100% pour s’établir à 5500 tonnes au titre de la campagne agricole 2010-2011. Par ailleurs, les indicateurs de la production d’agrumes sont à la hausse. La production est en croissance de 14% par rapport à la campagne agricole 2009-2010, soit un volume de 1,7 million de tonnes. Se référant à la présentation du ministre de l’agriculture, les exportations en termes d’agrume ont été dédiées en grande partie à la Russie. La ligne maritime reliant Agadir à Saint-Pétersbourg est venue renforcer cet échange. Ainsi, les exportations d’agrumes pour la Russie se sont appréciées de 50% contre 35% enregistrés durant la saison précédente. Dans le même contexte, les exportations des primeurs ont augmenté de manière significative. Cette évolution est estimée à 8 % pour un volume total de 729.000 tonnes contre 675.000 tonnes observées au titre de la campagne 2009-2010. En outre, les exportations des tomates marocaines ont augmenté de 14% pour un volume 374.000 tonnes. Notons que l’Union européenne reste le premier partenaire du Maroc tant à l’importation qu’à l’exportation. Sous un autre angle, la production de la viande de volailles s’est établie à 590.000 tonnes, soit une hausse de 5% par rapport à la campagne précédente. Même évolution a été observée pour la production des viandes rouges qui a atteint 445.000 tonnes. De même, la production des œufs s’est accrue de 4% pour un total de 4,7 milliards d’unités au titre de la campagne agricole 2010-2011. Pour la même période, la production laitière a enregistré plus de 27,2 milliards de litres, soit une hausse de 8% par rapport à la saison précédente. Le département agricole a souligné, dans ce sens, que plus de 65.000 vaches laitières ont été importées au cours des trois dernières saisons agricoles. A noter que la prochaine campagne agricole augure de bonnes perspectives. Ainsi, tous les pronostics confirment sa bonne tenue, d’autant plus que le stock de céréales et de fourrages est important, sans omettre le taux de remplissage des barrages à usage agricole. De même, les efforts se poursuivront pour l’amélioration de la qualité de semences, ainsi que le renforcement de la sécurité sanitaire et alimentaire.

 

Assurance multirisque climatique : l’innovation de la campagne agricole 2010-2011
L’un des faits marquants de la campagne agricole 2010-2011 est la consolidation du dispositif de l’assurance agricole. Un nouveau produit a vu le jour en août 2011. Il s’agit d’une solution d’assurance «multirisque climatique», commercialisée par la mutuelle agricole marocaine d’assurances (MAMDA) et dédiée principalement aux petits agriculteurs. Ce produit a pour objectif primaire la couverture sur l’ensemble du pays des récoltes céréalières et légumineuses contre un ensemble de risques climatiques définis. Il vise une superficie assurée de 300.000 hectares dès la campagne 2011-2012 avec un objectif prévisionnel de 1.000.000 d’hectares à l’horizon 2015. A cet effet, l’assurance multirisque climatique de la MAMDA étendra la couverture aux principaux risques climatiques, à savoir la grêle, le gel, le vent violent, la tempête et tornade, le vent de sable ainsi que l’excès d’eau. En outre, elle œuvrera pour la modernisation de la formule d’indemnisation, et ce en tenant compte des ambitions du Plan Maroc Vert et des écarts de productivité entre les régions. Parmi les améliorations majeures apportées par ce produit, figure la transformation d’une garantie d’Etat en un véritable produit d’assurance.
Par ailleurs, la MAMDA vise à élargir, en perspective, les cultures couvertes à l’arboriculture et le maraîchage, outre le maïs et les légumineuses convenus en première phase. De même, ledit produit d’assurance prévoit une forte hausse des niveaux de garantie estimée à 45%, soit 1.450 dirhams pour le niveau1, 2.900 dirhams pour le niveau 2 et 4.350 dirhams pour le niveau 3. Notons que l’assurance «multirisque climatique» bénéficiera d’une contribution financière de l’Etat, dont le montant total est estimé à 215 millions de dirhams. Cette subvention, financée à partir du Fonds de développement agricole via le Fonds de calamités naturelles, se situe entre 53 et 90%. Elle vise, en effet, à augmenter la pénétration de ce produit avec une cotisation de 26 dirhams à l’hectare pour le petit agriculteur.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *