Ahizoune: «Le business n’était pas facile à faire en 2011»

Ahizoune:  «Le business n’était pas facile à faire en 2011»

Maroc Telecom a rendu publics hier, à Casablanca, ses résultats nets pour l’année 2011 au même titre que ses perspectives pour l’année en cours. Abdeslam Ahizoune a de ce fait annoncé que les activités du groupe dont il est patron sont en retrait de 14,8%, soit un résultat net part du groupe pour 2011 de 8,12 milliards de dirhams.
«Admirez les performances», c’est de ce ton que Abdeslam Ahizoune a fait le bilan des activités de Maroc Telecom pour l’année 2011. Une année qui serait, selon lui, «marquée par un contexte de crise importée puisqu’on est interdépendants du marché européen».  Parallèlement à ces crises, l’entreprise a eu sa part de grèves qui ont démarqué la mouvance sociale que connaît le Maroc. Pour Ahizoune «ces grèves ont été pacifiques, chose qui démontre la solidité du tissu social de Maroc Telecom». Ceci dit, l’opérateur Telecom numéro un au Maroc a enregistré cette année une baisse de résultat net de plus de 14%.  Ceci s’expliquerait non seulement par le contexte de crise mais aussi par une poursuite de la discrimination réglementaire au détriment de Maroc Telecom. D’après Ahizoune, l’Etat impose des restrictions à cet opérateur en matière d’offres pour favoriser la concurrence et faire de la place aux nouveaux opérateurs dans le marché des Telecommunications. Sur un ton ironique, Ahizoune déclare être «bon joueur». Toutefois, cette asymétrie des tarifs d’interconnexion aura fait perdre à Maroc Telecom pas moins de 186 MMDH au profit des deux autres opérateurs concurrents.
Ce ne serait pas tout, outre la relance de la concurrence au niveau international, notamment avec le rachat de Zain par Bharti Airtel (Inde) au Burkina Faso et au Gabon , les taxes et les redevances du groupe se sont alourdies. En effet, les autorités ont opéré des augmentations dans la taxe de service universel de 2 à 3% et de la taxe versée au régulateur de 1,5 à 2%. Une autre taxe s’ajoute à cela, et elle concerne le trafic international. Cette nouvelle taxe imposée à Maroc Telecom a eu comme effet l’augmentation des terminaisons d’appels. «Au final, la victime de cette politique de  taxation reste le client», déplore Ahizoune.
Ceci dit, au cours de l’année écoulée, Maroc Telecom a réalisé un chiffre d’affaires de 30,84 MMDH ce qui équivaut à un retrait de 2,5%. Cette baisse serait volontaire; «nous avons volontairement réduit les ventes de nos terminaux mobiles», explique Ahizoune. Pour le patron de Maroc Telecom, le modèle qui consiste en offres de packs à 0 DH, subventionnés, «ne fonctionne plus». Ainsi, 30% de la baisse du chiffre d’affaires se justifieraient par cette nouvelle politique de vente de Maroc Telecom.
Pour ce qui est des actions en Bourse, le conseil de surveillance proposera à l’assemblée générale du 24 avril un dividende ordinaire de 9,26 dirhams par action, soit 8,14 milliards DH.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *