Aide au développement : Les nouvelles priorités de la France

Dans sa dernière sortie médiatique, Le Premier ministre français Lionel Jospin, a fait état de la nouvelle politique de son pays dans le domaine de l’aide de développement dont bénéficie les pays pauvres.
Paris révisa sa « zone de solidarité prioritaire ». Cette zone inclura désormais le Soudan et le Yémen. En contre-partie, elle exclura les Seychelles et Maurice qui ne sont plus jugés comme étant des pays les plus pauvres, souligne M. Jospin.
La Côte d’Ivoire figure aujourd’hui en tête de liste des priorités en matière d’aide au développement. L’Hexagone débloquera une enveloppe budgétaire de 152,45 millions d’euros au profit ce pays. Dans une interview accordée au quotidien économique et financier Les Echos, le Premier ministre a annoncé la création d’un arsenal relatif à la gestion de sorties de crise. Il s’agit d’un fonds d’une enveloppe de 20 millions d’euros. Celui-ci sera destiné pour pallier au déficit identifié entre l’intervention militaire-humaine et la phase de reconstruction.
L’arsenal en question bénéficiera entre autres à l’Afghanistan.Trois priorités sont retenues : l’éducation, la santé et l’Etat de droit. L’aide au développement de la France devrait atteindre cette année 0,36% de son Produit intérieur brut. Ce taux doit atteindre 0,44% à l’horizon 2007, écrit le quotidien français.
Au cours de l’entretien, M. Jospin a rendu compte des travaux de la troisième réunion du comité interministériel de la coopération internationale et du développement. Le Premier ministre français a indiqué que son gouvernement a réussi à enrayer la baisse de l’effort de solidarité de la France envers les pays pauvres qui a connu un « creux » entre 1995 et 1998, pour reprendre ses propos. Et d’ajouter que ce taux a été stabilisé entre 1998 et 2000 dans une conjoncture caractérisée par une forte hausse du PIB.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *