Ain Saïss, nouveau né de Sotherma

Sotherma, la société qui exploite et commerciale l’eau Sidi H’razem à travers le Maroc, vient de donner naissance à sa deuxième eau minérale. Baptisée Ain Saïss, la nouvelle eau va certes enrichir la gamme de la filiale de la société Brasseries du Maroc, elle même filiale du groupe ONA, mais en contrepartie viendra grignoter les parts du marché détenues par ses concurrents. Ces derniers se plaignaient, même antérieurement à l’annonce de la future commercialisation du produit Ain Saïss, d’une faible consommation par les Marocains de l’eau en bouteille. La multiplication des opérateurs ne fera qu’émietter davantage leurs parts.
Du côté de Sotherma, s’il est déjà connu que sa nouvelle eau est puisée dans une source, près de Sidi H’razem dans la région de Fès, et qu’elle sera étiquetée Danone, ni le prix ni les caractéristiques du produit ne sont encore communiqués. Le secret est gardé jusqu’au jour de l’annonce officielle, prévue pour ce lundi 25 mars. Préalablement à cette opération de lancement, le groupe ONA avait, par le biais de ses deux filiales SBM et SNI exprimé sa volonté d’ « étendre son partenariat avec le groupe français Danone au domaine de l’embouteillage de l’eau ». En 1996 déjà, Danone avait procédé au rachat d’une partie du capital de la Centrale laitière. Ils ont procédé par la suite tous les deux au rachat de BIMO en 1999 et de la société Leader Food, une année après.
Aussi, le groupe Danone avait procédé à une prise de participation à hauteur de 30 % dans le capital de Sotherma. L’objectif étant de « développer de nouveaux projets ». Il est clair donc que Ain Saïss ne constitue qu’un premier pas que Danone met volontiers dans le secteur de l’embouteillage de l’eau au Maroc. Dans son portefeuille, Danone compte deux marques.
Lanjaron en Espagne et Evian en France. La commercialisation de l’eau Evian, considérée comme un produit phare du groupe français, ne se limite par ailleurs pas au territoire français. Le Maroc pour ne prendre que son exemple en compte, importe cette eau, même si son prix reste cher par rapport aux tarifs pratiqués sur le marché. Elle n’est pas la seule eau importée et commercialisée sur le marché marocain.
Perrier, Vittel, Contrex Vichy Celestin et Cristaline en sont quelques-unes. Leurs principaux clients restent les grands hôtels qui veulent répondre aux besoins des touristes étrangers, habitués de ces marques.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *