«Al Moutmir itinérant» fait escale à Ouezzane et Taounate

«Al Moutmir itinérant» fait escale à Ouezzane et Taounate

OCP poursuit son action de proximité auprès des agriculteurs

Cette initiative invite les agriculteurs à chacune de ses étapes à appliquer les bonnes pratiques sur leur exploitation et leur fournit un conseil personnalisé. Au total, près de 28 provinces, soit 180 localités, sont ciblées lors de cette édition.

Pour la campagne agricole 2019-2020, le Groupe OCP met les bouchées doubles. Depuis son lancement le 10 septembre dernier, la nouvelle tournée du dispositif «Al Moutmir itinérant» multiplie ses escales dans les différentes régions du pays. Les dernières en date sont celles de Ouezzane et Taounate le 20 novembre. Cette initiative invite les agriculteurs à chacune de ses étapes à appliquer les bonnes pratiques sur leur exploitation et leur fournit un conseil personnalisé. Au total, près de 28 provinces, soit 180 localités, sont ciblées lors de cette édition afin d’accompagner les agriculteurs dans trois grandes familles de cultures (céréales et légumineuses, arboriculture et maraîchage). A cela s’ajoute l’entrée de plusieurs cultures dont le palmier, pommier, figuier, arachides.

Cet itinéraire devra toucher 10.000 agriculteurs et permettra de réaliser 10.000 analyses de sol.  En termes de mobilisation de ses ressources humaines, le Groupe OCP met à la disposition des agriculteurs une centaine d’agronomes et des experts afin d’animer plus de 80 sessions de questions-réponses.

Au niveau des exploitations agricoles, 4.000 plateformes de démonstration seront accompagnées par les agronomes d’Al Moutmir.

Donnant des résultats probants au niveau de la productivité, ces plates-formes permettent de constater à vue d’œil la différence entre les parcelles de terrains soumises à un traitement classique et celles suivies par les équipes d’Al Moutmir. Au niveau des secondes, une bonne conduite technique des cultures et l’adoption de la démarche scientifique basée sur une nutrition équilibrée des cultures sont respectées.

Pour compléter cette démarche, les agriculteurs bénéficient du contact créé avec les experts d’Al Moutmir grâce aux retransmissions en direct sur la chaîne YouTube du dispositif. De ce fait, les agriculteurs qui ne peuvent pas être présents pour les séances de questions-réponses «sewlouna njaouboukoum» seront en mesure de les suivre en direct ou en différé sur YouTube. L’action de proximité ne s’arrête pas là puisque le dispositif agile «Al Moutmir Souks et Moussems» prend également le relais dans ces marchés locaux à forte fréquentation dans différentes provinces du Maroc. L’objectif étant d’accompagner les agriculteurs avant le lancement de chaque cycle de culture, en identifiant notamment leurs besoins et en les soutenant dans le choix des intrants et dans les pratiques agricoles qu’ils voudraient déployer pour accroître leurs rendements tout en préservant les ressources naturelles, indiquent les initiateurs de ce projet.

Dans ce sens, plus de 600 souks et moussems accueilleront les équipes d’«Al Moutmir Souks et Moussems».  Par ailleurs, le digital vient renforcer ces initiatives avec l’application mobile @tmar destinée à fournir du conseil agricole. Là encore, les agriculteurs pourront assister à des séances animées par les équipes techniques d’Al Moutmir afin qu’ils puissent se familiariser avec cet outil digital. @tmar est un bouquet de services de conseil agricole apportant support et soutien technique aux agriculteurs pour leur permettre de prendre la bonne décision au bon moment. Elle comprend des services qui accompagnent chaque agriculteur sur différents volets : agronomique, technique et opérations, choix d’intrants et décisions financières. L’application sera disponible gratuitement à partir du début octobre. Sur les réseaux sociaux les pages consacrées à «Al Moutmir» sont également très actives créant un véritable échange entre les agriculteurs et les équipes d’Al Moutmir. 

Notons que le programme «Al Moutmir» est le fruit d’une démarche partenariale avec les différents acteurs de la filière agricole, notamment le ministère de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, le consortium scientifique national, les acteurs locaux ainsi que les partenaires fabricants-distributeurs et revendeurs d’engrais.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *