Allemagne : adoption par le gouvernement d’un vaste plan d’austérité

Allemagne : adoption par le gouvernement d’un vaste plan d’austérité

Le Conseil des ministres allemand a adopté, mercredi, un plan d’austérité de plus de 80 milliards d’euros d’ici 2014, qui devrait permettre au pays de redresser ses finances publiques mais lui a attiré les critiques de nombre de ses partenaires. Pour la seule année 2011, le gouvernement d’Angela Merkel va tailler dans les dépenses à hauteur d’environ 11 milliards d’euros. Le plan d’austérité annoncé le mois dernier prévoit au total plus de 80 milliards d’euros de coupes sur quatre ans. Au programme notamment une réduction du budget de la défense, des suppressions de postes dans la fonction publique ou encore des ajustements des prestations sociales. Certains éléments, notamment un nouvel impôt qui toucherait les opérateurs de centrales nucléaires, sont très contestés et encore incertains. «Nous sommes sur un chemin de réduction pérenne des déficits élevés», a déclaré le ministre des Finances Wolfgang Schäuble, et ce alors que l’Allemagne a été critiquée par certains de ses partenaires, Etats-Unis en tête, pour une politique de rigueur dont beaucoup craignent l’effet négatif sur la croissance. «Cette démarche est la bonne pour l’Allemagne et pour l’Europe», a insisté M. Schäuble, pour qui la réduction des déficits décidée est «propice à la croissance». Les dépenses pour l’éducation et la recherche et d’infrastructures ne seront pas réduites, a notamment fait valoir le ministre. En outre, argumente Berlin, investissements et consommation des ménages profiteront directement du redressement des finances publiques mises à mal par la crise parce que «le plus gros obstacle à la reprise de la demande c’est l’incertitude» des Allemands sur la capacité de l’Etat à leur payer allocations et retraites, selon M. Schäuble. L’Allemagne justifie sa politique entre autres par sa situation démographique: avec une population vieillissante et, à terme, déclinante, le poids des dettes contractées aujourd’hui sera supporté à l’avenir par de moins en moins d’actifs.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *