American Express et le potentiel marocain

Peter Dean, Directeur régional d’American Express (le géant américain, spécialisé dans l’émission de cartes de crédit) pour l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient affiche de fortes ambitions pour le marché Marocain. Il a fait spécialement le déplacement à Marrakech et à Casablanca au cours de la semaine dernière pour les recenser. Cette visite de prospection a été riche en contacts avec aussi bien les responsables que les négociants. L’objectif de cette opération marketing a été de faire le point sur les besoins ressentis au niveau local. Dans une déclaration à Aujourd’hui le Maroc, M. Dean estime que le marché marocain offre un potentiel énorme pour le développement de son entreprises. « Notre objectif consiste à assurer une adhésion pour notre carte dans la mesure où le nombre de touristes qui visitent le Maroc ne cesse d’augmenter au fil des années ». En d’autres termes, les responsables d’American Express veulent que leur carte soit acceptée par tous les marchands marocains. L’enjeu est de taille pour cette entreprise américaine très présente au niveau du marché du Moyen-Orient. Aujourd’hui, l’Amercican Express cible en priorité les commerçants marocains.
«Nous voulons que notre clientèle à travers le monde puisse utiliser notre carte auprès des commerçants marocains sans la moindre complication», indique M. Pean.
Pour augmenter sa pénétration sur le marché marocain, l’entreprise marocaine déploie l’artillerie lourde. Ses responsables mettent en avant les prestations offertes par leur produits, et qui selon eux n’existent pas chez la concurrence.
Aujourd’hui, Americain Express revendique 20 à 25% de part de marché sur le segment du paiement par carte sur l’échelon international.
Pour le cas du Maroc, l’opérateur cherche à offrir la même qualité des prestations commercialisées à travers le monde. Toute la stratégie de l’entreprise repose en effet sur cette composante essentielle. Une chose est sûre : les responsables d’American Express gardent un bilan positif de leur visite au Maroc. Pour eux, ce n’est qu’une première étape parmi d’autres programmées pour les mois à venir.
L’argumentaire commercial de l’entreprise sera de plus en plus affiné dans la mesure où celle-ci a pu se faire une idée sur les réels besoins du marché. Des discussions avec les institutions bancaires sont prévues dans l’avenir.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *