Amina Figuigui : «Halieutis n’a rien à envier aux grands salons internationaux»

Amina Figuigui : «Halieutis n’a rien à envier aux grands salons internationaux»

Entretien avec Amina Figuigui, présidente de l’Association du Salon Halieutis et DG de l’ONP

Le rideau est tombé dimanche sur la 5ème édition du Salon Halieutis qui s’est déroulée à Agadir du 20 au 24 février. Cet événement phare du secteur de la pêche maritime au Maroc a connu un franc succès. Dans cet entretien, Amina Figuigui dresse le bilan de cette édition et décrypte les enjeux de ce Salon pour le secteur de la pêche.

ALM : Un mot pour décrire cette cinquième édition du Salon Halieutis ?

Amina Figuigui : Cette édition vient quelques jours après la validation de l’accord de pêche entre le Maroc et l’Union européenne, lequel accord englobe toutes les provinces du Royaume, de Tanger à Lagouira, c’est-à-dire y compris les provinces du Sud, et ça c’est un exploit et c’est la particularité de la date de cette édition. Deuxième particularité c’est que cette édition a été précédée par l’organisation par Monsieur le ministre Aziz Akhannouch de la conférence sur la Ceinture bleue à laquelle ont assisté plusieurs ministres étrangers, notamment africains, espagnol et portugais qui adhèrent complètement à cette initiative lancée par le Maroc à l’occasion de la COP22. Troisième particularité c’est le fait d’avoir mis la Norvège comme pays à l’honneur, tout simplement pour les longues années et la profonde expérience dont dispose ce pays en matière de pêche maritime, aquaculture et l’importante industrialisation de ce secteur dans ce pays.

Qu’est-ce qui a motivé le choix des nouvelles technologies en tant que thème de cette édition ?

Les nouvelles technologies sont toujours dans le prolongement de l’économie bleue pour pousser les opérateurs à se projeter sur des technologies qui préservent la ressource et qui s’inscrivent complètement dans l’économie bleue, et donc en parallèle nous avons tenu un cycle de conférences de deux jours riche en débat et d’échange d’expériences avec des conférenciers venant eux aussi des quatre coins du monde pour débattre dans le cadre des nouvelles technologies pour une meilleure participation à l’économie bleue. …./….
…./….Qu’en est-il du bilan ?

C’est un bilan très positif, on peut être fiers de notre Salon, je peux vous assurer que les visiteurs étrangers ont été épatés par la qualité de l’organisation et des stands, et nous ont dit honnêtement que nous n’avons rien à envier aux autres grands salons internationaux, notamment ceux de Boston et de Bruxelles qui sont les plus connus au niveau international. On est également fiers des résultats et du bilan de cette édition, lequel bilan montre qu’il y a de plus en plus d’engouement pour ce Salon comme le prouve le taux de retour de 75% des exposants qui ont déjà participé avec nous depuis la création, et dont le nombre a atteint 304 exposants cette année.

Nous avons commercialisé 158 stands, donc les chiffres sont en évolution par rapport à la quatrième édition. Le nombre de visiteurs avoisine les 50 mille qui est presque le même que les deux dernières éditions, tout simplement parce que nous consacrons les deux premiers jours du Salon uniquement aux professionnels pour bâtir des relations de partenariat et pour faire des affaires, parce que c’est le but prioritaire d’Halieutis, et ce n’est qu’à partir du samedi qu’on l’ouvre pour le grand public pour qu’il puisse voir et découvrir ce secteur et les opportunités qu’offre ce dernier en visitant les différents stands, chapiteaux, espaces animation et halle aux poissons pour s’enquérir de l’évolution de ce secteur et voir comment dans la pratique le poisson arrive jusqu’au consommateur. La fréquentation du Salon montre bien que nous avons réalisé lors de cette édition un franc succès.

Comment peut-on expliquer l’engouement des professionnels pour ce Salon ?

Tout simplement, si une entreprise ne voit pas dans un salon un intérêt, elle ne va pas prendre la peine de venir installer un stand et faire des efforts. L’engouement s’explique par le fait que les gens font des affaires pendant cet évènement. Nous avons visité quelques stands et exposants qui sont très contents des résultats de ce Salon et ont noué de nouvelles relations commerciales, et dont quelques-uns ont signé plusieurs commandes. A titre d’exemple au Maroc le chantier naval fait ses premiers pas, c‘est un terrain dans lequel on peut investir où il y a beaucoup de demandes pour la construction navale, l’entretien des bateaux, le carénage, il y a des sociétés qui sont venues et qui sont très contentes des résultats qu’elles ont réalisés en termes de visibilité et du nombre de visiteurs, et qui ont passé directement des commandes ou ont pris le contact pour des relations commerciales.

Quid de la participation étrangère au Salon ?

Je peux vous dire que les 39 pays qui ont participé au Salon représentent 46% des exposants, ce qui est très important. Sur la surface commercialisée il y en a 54% pour les Marocains, le reste pour les pays étrangers.

Quels sont les ingrédients du succès du Salon Halieutis qui dure depuis 2011 ?

Le Salon est organisé tous les deux ans, tout le monde pense que c’est une bonne chose, les exposants ne sont pas pressés de revenir l’année prochaine, ils ont le temps d’absorber tout ce qui a été fait lors de la dernière édition, ils prennent du recul, et reviennent deux ans après avec des produits plus diversifiés. Cela permet aux organisateurs d’abord de tirer les enseignements de chaque édition. On a commencé en 2011 ex nihilo, nous avons appris à mieux nous organiser, et au fil du temps nous essayons de nous améliorer pour essayer de satisfaire au mieux les exposants et donner une meilleure vitrine de notre salon vis-à-vis des opérateurs nationaux et internationaux. Honnêtement c’est toute une organisation derrière avec des équipes qui veillent sous les directives de notre ministre au quotidien pour que ce Salon soit une réussite à l’image de ce que fait notre ministre dans les autres secteurs sous sa tutelle.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *