Ancienne médina : Le programme de réhabilitation sur de bons rails

Ancienne médina : Le programme de réhabilitation sur de bons rails

L’Agence urbaine de Casablanca dresse son bilan

A fin 2017, 1.356 constructions au niveau de l’ancienne médina ont fait l’objet de diagnostics techniques. Ces études ont permis l’identification de 316 constructions à démolir.

Le grand chantier de la réhabilitation et de la mise à niveau de l’ancienne médina va bon train. Le deuxième programme décliné par l’Agence urbaine a atteint des résultats tangibles et ce depuis son lancement en avril 2014 par le Souverain. Ce dispositif visant l’amélioration du cadre de vie de la population de l’ancienne médina a atteint à fin 2017 des avancées satisfaisantes. C’est ce que l’on peut tirer du bilan dressé par l’Agence urbaine lors de son conseil d’administration tenu, vendredi 30 mars, sous la présidence de Noureddine Boutayeb, ministre délégué auprès du ministre de l’intérieur. A fin 2017, 1.356 constructions au niveau de l’ancienne médina ont fait l’objet de diagnostics techniques. Ces études ont permis l’identification de 316 constructions à démolir. A ce jour 32 constructions ont été démolies au moment où 102 autres ont été évacuées et fermées. De même, 182 demeures sont en cours d’évacuation. Le diagnostic technique a révélé l’existence de 1.040 constructions à conforter ou à démolir partiellement. Le tableau brossé à ce jour porte sur l’étaiement de 160 constructions, l’établissement de plans de confortement de 50 constructions tandis que 8 autres sont en cours de confortement.

En termes de relogement, 838 ménages ont bénéficié de cette opération. Ils font partie des 940 familles évacuées dans le cadre des 1.040 ménages traités. Les autorités se penchent actuellement sur le relogement des 102 ménages restants. Rappelons que dans le cadre de l’exécution du deuxième programme visant la réhabilitation et la mise à niveau de l’ancienne médina, 49 ménages évacués provisoirement se sont vus octroyer une aide au loyer, et ce dans l’attente de l’achèvement des travaux de confortement de leurs constructions. Ce programme porte également sur la création de nouveaux équipements de proximité, la promotion des secteurs du commerce et de l’artisanat, l’insertion sociale des jeunes, des femmes et des personnes en situation de handicap, le développement culturel et artistique et enfin la réhabilitation et la mise à niveau des édifices à valeur architecturale et patrimoniale.

Parmi les principales actions réalisées dans ce sens on énumère l’achèvement des travaux de mise à niveau de la crèche « Bab » Marrakech, la construction de la maison des jeunes et foyer féminin «Derb Cadi», l’achévement du centre socio-sportif «Opéra» et la réalisation du projet «Espace de l’artisan» qui appuie les efforts déployés pour la requalification de l’artisanat au sein de l’ancienne Médina. Il a également été procédé à la réorganisation à hauteur de 40% des zones commerciales ainsi que la création d’un Centre d’interprétation du patrimoine (CIP) dont l’état d’avancement des travaux a atteint les 90%. De même, les travaux de reconversion du bâtiment traditionnel «Dar Khammar» en Dar Diafa atteignent un taux de 65%. Notons qu‘en février dernier, des travaux de mise à niveau d’une trentaine de bâtiments ont démarré dans l’ancienne médina de Casablanca et ce dans l’optique de valoriser les édifices à caractère architectural et patrimonial.

Urbanisme : 90% du territoire de la commune couvert

En ce qui concerne la couverture du Grand Casablanca en documents d’urbanisme, l’Agence urbaine de Casablanca recense l’homologation de 30 plans d’aménagement, soit un taux de couverture de 80% de l’aire du Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca (SDAU) et 90% du territoire de la commune de Casablanca. En outre, 6 plans d’aménagement sont en cours d’élaboration dont 2 sont en phase d’enquête publique. Il s’agit de Mejjatia Ouled Taleb-Echallalate. Deux plans, pour leur part, soumis à l’examen du comité local (Mejjatia et Nouaceur) alors que deux autres sont en cours de finalisation (Sidi Belyout et El Mechouar). l’Agence urbaine de Casablanca s’attelle, par ailleurs, à l’élaboration de 13 plans d’aménagement sectoriels (P.A.S) dont celui de la commune d’Ouled Azzouz, déjà homologué.

Logement social : Un potentiel de 253.000 unités

L’année 2017 a été marquée par l’instruction au sein des guichets uniques, instaurés auprès des communes, de 8.425 projets. Ces projets touchent tous les secteurs, à savoir l’habitat, l’industrie, le tourisme ainsi que le commerce et les équipements publics et privés. De ce total, 4.369 projets ont reçu un avis conforme, soit 52% des projets instruits. Dans le cadre du programme social 250.000 DH, 249 projets ont reçu l’avis conforme de l’agence urbaine, ce qui permettra de dégager un potentiel de 253.000 unités de logement social, dont 37% sont localisées dans la préfecture de Casablanca et 34% dans la province de Nouaceur.

Relogement des ménages bidonvillois 2.470 lots bi-familiaux produits

Le bilan d’activités de l’agence urbaine met en évidence la poursuite des études et travaux dans le cadre d’opérations d’aménagement urbain se proposant de contribuer à la dynamique d’urbanisation, notamment dans les zones périphériques de la ville de Casablanca. Il s’agit notamment du «Pôle urbain Nouaceur» et du «Pôle urbain Annasr» à Ouled Saleh qui fait partie du programme régional de relogement des ménages bidonvillois et qui a permis, à aujourd’hui, la production de 2.470 lots bi-familiaux pour le relogement de 4.940 ménages. La  troisième phase de cette opération, en cours de réception, permet la mobilisation de 796 lots bi-familiaux bénéficiant à 1.592 ménages.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *