Appui à l’accélération industrielle au Maroc : Près de 3 milliards de dirhams de financement mobilisés par la BAD

Appui à l’accélération industrielle au Maroc : Près de 3 milliards de dirhams de financement mobilisés par la BAD

Les 10 milliards de dollars injectés dans divers secteurs stratégiques de l’économie nationale auront un impact significatif sur le déploiement de la vision industrielle du Maroc qui ambitionne une plus grande diversification productive.

Un nouveau prêt s’ajoute au large panier de financement accordé au Maroc par la Banque africaine de développement (BAD). Le montant alloué ira au secteur industriel. Une opération qui, selon Leila Farah Mokaddem, responsable pays de la BAD au Maroc, favorisera l’amélioration de la compétitivité industrielle du Royaume et renforcera son intégration dans les chaînes de valeur africaines et mondiales. C’est dans cette optique que le conseil d’administration de la BAD a approuvé lors de sa dernière réunion un financement de 268 millions d’euros, soit l’équivalent de 2,9 milliards de dirhams. Ce montant financera la mise en œuvre de la seconde phase du programme d’appui à l’accélération de l’industrialisation au Maroc (PAAIM II).

Un dispositif qui tend à favoriser l’accélération industrielle du Maroc à travers un bon nombre de mesures. Citons à cet égard le déploiement d’écosystèmes industriels, l’amélioration de la compétitivité des opérateurs du secteur ainsi que le financement d’activités industrielles de premier ordre. Ce programme répond en effet à deux des cinq priorités stratégiques de la Banque africaine de développement, en l’occurrence l’industrialisation de l’Afrique et l’amélioration de la qualité de vie des populations en Afrique. Pour Mohamed El Azizi, directeur général de la Banque africaine de développement pour la région Afrique du Nord, «la seconde phase de ce programme permettra véritablement de consolider les acquis. Il s’agit d’une étape décisive pour réussir l’industrialisation du Maroc, qui permettra de porter le financement global de la Banque au PAAIM à plus de 430 millions d’euros depuis 2017». De par sa complémentarité avec les autres domaines d’intervention de la BAD, cette deuxième phase du programme d’appui à l’accélération industrielle du Maroc se veut un soutien aux réformes engagées.

Enumérons dans ce sens le renforcement de la compétitivité logistique à travers le financement d’infrastructure, et ce avec une plus grande disponibilité de liquidités auprès des institutions financières. L’opération de financement conduite par la Banque africaine de développement, ayant injecté à ce jour plus de 10 milliards de dollars dans divers secteurs stratégiques de l’économie nationale, aura un impact significatif sur le déploiement de la vision industrielle du Maroc qui ambitionne une plus grande diversification productive pour augmenter, de 9 points la part de l’industrie dans le produit intérieur brut du pays. Le montant contracté contribuera à atteindre des objectifs précis.

Cette deuxième phase du programme permettra le développement de nouveaux écosystèmes intégrés. Ainsi le niveau d’intégration industrielle sera porté à 60%. Le financement accordé par la BAD contribuera également à faciliter l’accès au foncier industriel à des prix compétitifs. Il sera procédé, par la même occasion, à la création d’un portail en vue de simplifier l’ensemble des procédures administratives pour les entreprises exportatrices.

Le programme d’appui à l’accélération de l’industrialisation au Maroc dans sa deuxième étape portera également à 11.000 le nombre total de garanties au profit des très petites et moyennes entreprises à l’horizon 2020. Il contribuera en outre à la facilitation du financement des projets promus par les petites et moyennes entreprises et industries gérées par des femmes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *