Après avoir passé un semestre touristiquement difficile: La COP22 à la rescousse de Marrakech ?

Après avoir passé un semestre touristiquement difficile: La COP22 à la rescousse de Marrakech ?

Les professionnels du tourisme de Marrakech misent gros sur la COP22. Le grand rendez-vous mondial sur le climat viendra sauver un peu la destination de la morosité qui plombe son paysage touristique. La ville ocre semble avoir passé un semestre «touristiquement» difficile. C’est ce que confirme à ALM une source opérant dans le secteur au niveau de Marrakech. Bien que les indicateurs de l’activité touristique n’arrivent toujours pas à décoller au niveau de cette destination historique du Maroc, les prévisions restent positives. Opérateurs, hôteliers et restaurateurs…., l’ensemble des professionnels prend pour défi la réussite de la COP22 qui viendra redorer l’image touristique de Marrakech, victime du contexte sécuritaire régional.

Les premières réservations se confirment

Il faut dire que malgré le contexte difficile, Marrakech s’active, avec optimisme, à accueillir la COP22. Les préparatifs vont bon train pour assurer l’infrastructure d’hébergement et les services adéquats aux délégations prenant part à ce grand événement de l’année. Les estimations du comité de pilotage de la COP22 tablent sur l’arrivée, du 7 au 18 novembre prochain, de 20.000 à 30.000 participants. Si les organisateurs restent discrets concernant le taux de réservation, ils assurent tout de même que le carnet de commandes se consolide depuis le lancement de la plate-forme dédiée à la COP22. Ce constat se confirme sur le terrain. Les professionnels notent une forte demande des organismes africains qui ont «booké» depuis février. Selon les mêmes sources, les grandes délégations ont, quant à elles, fait leur première réservation dans les hôtels de luxe, au moment où celles des ONG se confirment progressivement. Pour ses visiteurs, la ville ocre dispose d’une capacité en lits de 65.000. Une offre qui se consolidera d’ici novembre de 1.000 nouveaux lits. En effet, 7 nouveaux établissements hôteliers ont décidé d’ouvrir leurs portes durant cette année. Chose qui, selon les professionnels, confère à Marrakech sa notoriété et réitère la confiance de grands investisseurs hôteliers en cette destination. La dernière ouverture en date est celle du «2ciel boutique hôtel» qui se veut un établissement urbain doté de trois enseignes de restauration espagnoles.

Un semestre grisâtre …

Impacté par la conjoncture sécuritaire internationale, Marrakech se voit encore une fois victime. Depuis le début de l’année, la ville ocre peine à redresser ses indicateurs touristiques. L’activité connaît selon les professionnels une «contre-performance alarmante». Ceci s’est traduit, par ailleurs, par un retrait des arrivées au niveau de l’aéroport de Marrakech. Elles se sont inscrites en baisse dépassant les 7 % à fin juin. Les professionnels du secteur expliquent ce retrait par la réticence des marchés traditionnels, notamment le marché français dont les arrivées se sont repliées de 30%. Compte tenu de ces résultats, les professionnels du secteur n’arrivent toujours pas à brosser un tableau prévisionnel identifiant la croissance à fin 2016. Ils ne pourront se prononcer qu’à la clôture de la saison touristique. Car, selon eux, le diagnostic de l’activité touristique dépend des ventes de dernière minute. Chose qui a fortement impacté le rendement des tour-opérateurs dont un bon nombre a suspendu son activité durant cette année.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *