Arab Bank Maroc : une nouvelle devise

Arab Bank Maroc : une nouvelle devise

C’est un Abderrahim Saher confiant qui a présenté à la presse, hier, mardi 23 mai 2006, les performances de l’Arab Bank Maroc, filiale de l’Arab Bank Plc, banque figurant dans le Top 100 des institutions financières dans le monde arabe.
Le directeur régional de l’institution arabe au Maroc a déclaré que «l’année 2005 fut celle de la consolidation, de la restructuration et du repositionnement». Des choix couronnés de succès et qui marquent un nouveau tournant pour la filiale marocaine, créée en 1961, «marocanisée» en 1973 puis de nouveau reprise à 100% par Arab Bank Plc en 1998.
Entre 2004 et 2005, le résultat net de la banque affiche une croissance de 338%, à un peu plus de 30 millions de dirhams. Tous les agrégats sont désormais au vert, à l’image du produit net bancaire. La forte réduction des charges a permis en partie à Arab Bank de faire progresser son PNB de 29%.
De même, le staff actuel a largement réussi dans sa politique d’assainissement. Ainsi, le pôle créances en souffrances nettes de provisions est en recul de 32% entre les deux exercices. En 2005, la banque a récupéré 17% de ce type de créances, ce qui a permis de porter à plus de 80% leur taux de couverture.
Côté activité, l’institution arabe a vu les crédits progresser de 33%, atteignant 1,459 milliard de dirhams.
Dans le même temps, les dépôts ont augmenté de 29% pour atteindre 2,7 milliards de dirhams contre 2 une année plus tôt.
Avant tout dédiée aux investissements arabes, et accompagnant les synergies entre entreprises de ce vaste espace, Arab Bank Maroc détient 26% des parts de marchés des dépôts en devises dans le Royaume.
Fidéle à son rôle de draineur des capitaux arabes au Maroc, l’Arab Bank accompagne plusieurs projets d’investissements du Golfe dans le Royaume. La banque a signé une convention de financement avec la Samir à hauteur de 70 millions de dollars en partenariat avec Arab Bank Paris. La PME reste aussi dans les priorités à travers des crédits d’investissement, de fonctionnement et la trade finance.
Si l’exercice 2005 a été marqué par une phase de restructuration, celui en cours semble avoir été dédié à l’innovation.
Ainsi, avant la fin juin, plusieurs nouveaux produits seront lancés dans les domaines du crédit à la consommation, du crédit automobile, du crédit logement et des produits monétiques. La création d’une société de leasing est également dans les perspectives. Arab Bank, qui compte actuellement une dizaine d’agences, va étoffer son réseau dans les mois à venir.


 Arab Bank : 75 ans d’existence


Créée en 1930 par le Palestinien Abdel Hameed Shoman à AL Qods, l’Arab Bank est aujourd’hui implantée dans la quasi-totalité des pays arabes, mais aussi à travers les cinq continents (28 pays), et notamment dans la plupart des capitales européennes.
L’institution développe l’ensemble des produits et services financiers : corporate, particuliers, investissement, gestion de patrimoine. Arab Bank compte aussi plusieurs filiales dans les métiers de la finance : banque d’affaires, société de Bourse, produits islamiques. Evénement marquant en 2006, l’institution a augmenté son capital social de 270 à 550 millions de dollars US.
Le total bilan a atteint 37 milliards de dollars durant l’exercice écoulé pour un résultat net de 502, 3 millions de dollars.
Autant de chiffres qui permettent à Arab Bank d’être la première institution arabe à voir sa notation auprès du cabinet Fitch passer de BBB+ à A-.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *