ARDI, un microcrédit pour le monde rural

ARDI, un microcrédit pour le monde rural

La Fondation ARDI ambitionne de devenir le leader du microcrédit dans le milieu rural. Pour marquer davantage son appartenance au Crédit Agricole du Maroc (CAM), l’ex-Fondation Crédit Agricole pour le microcrédit a désormais une nouvelle identité visuelle. En plus de son nouveau logo, cette fondation commence avec une assise financière de 500 millions DH, dont 200 millions apportés par MAMDA-MCMA sur trois ans. La convention de partenariat entre cet assureur, actionnaire à hauteur de 7,5 % dans le capital du CAM, et la banque a été signée hier, mardi 13 mars, à Casablanca.
«Les intérêts engendrés par cette somme seront versés, en entier, au profit de la Fondation. Nous multiplierons également nos efforts pour la généralisation de l’assurance-maladie auprès des agriculteurs en lançant des micro-assurances», tient à préciser Abed Yacoub Soussan, président de MAMDA-MCMA.
«Pour la Fondation ARDI, nous commençons avec 500 millions Dh, mais notre ambition est d’arriver à un milliard Dh d’ici 2010», ajoute Tariq Sijilmasssi, président du directoire du CAM et également président de cette fondation. À fin 2006, la fondation avait 37.288 clients pour un décaissement total de 147 millions Dh, un produit de 7 millions Dh et un taux de remboursement de 99%. Pour le Crédit Agricole du Maroc, M. Sijilmasssi annonce une bonne année sur le plan financier pour l’exercice 2006.
«Nous avons réalisé un PNB de 1,68 milliard DH, un résultat net de 140 millions DH et un RBE de plus de 800 millions DH qui équivaut au PNB de l’année 2003. En détail, nos résultats financiers seront annoncés prochainement», annonce-t-il.
Selon le président du directoire du CAM, la banque «a réussi à amortir le choc» de l’abandon de l’encours de la dette de 100.000 agriculteurs pour la campagne agricole 2004-2005. «Une perte estimée à plus de 2 milliards DH. Actuellement, la banque est sortie de ses difficultés financières du passé. Aujourd’hui, le CAM est dans la cour des grands. Notre introduction en Bourse est prévue en 2008. Nous sommes la seule banque de la place qui n’est pas cotée ! Il n’y a aucune raison pour ne pas entrer en Bourse, sachant que c’est bel et bien la voie de la pérennité !», ajoute M. Sijilmasssi. En voulant offrir désormais des packages adaptés au concept région-produit, le management du CAM annonce qu’une nouvelle politique agricole sera dévoilée par les pouvoirs publics lors du Salon International de l’agriculture du Maroc (SIAGRIM), qui se tiendra à Meknès du 19 au 24 avril prochain.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *