Argan Bay, une station futuriste

Aux alentours de Taghazout à 17 km au nord d’Agadir, s’étend une plage qualifiée de paradis des surfeurs. Très célèbre, elle a été fréquentée par Jimmy Hendricks ou Frank Zappa… Longue de près de 7 km, elle est bordée par les montagnes du Haut Atlas. K point, La Source et l’Anka Point, H Point désignent quelques uns des nombreux spots rendant cette destination mondialement connue. Taghazout dispose d’un camping et d’une hôtellerie de proximité de développement récent. Mais y séjourner pour en goûter ses charmes est de nature à faire durer ce plaisir. C’est pourquoi, la première station balnéaire dans le cadre du plan Azur est prévue à Taghazout. La superficie dédiée à ce projet est de 868 ha. Baptisée “Argan Bay”, la station de Taghazout a été présentée comme la « locomotive du repositionnement du Maroc sur le produit balnéaire ». Elle représente 20 % du plan Azur. La version finale du plan d’aménagement de la station, comme présentée par la société Palais des Roses, filiale du groupe saoudien Dallah Al Baraka, conformément au cahier des charges établi par l’Etat, faisait état de la prise en charge par l’aménageur développeur de la station (Palais des Roses International) de l’in-site, pour un montant global de 180 millions de dollars d’investissement. Les travaux devront être bouclés en fin 2012.
Le groupe saoudien Dallah Al Baraka présente une assise financière non négligeable. Le fondateur du groupe, Cheikh Salah Abdallah Kamel est considéré comme l’un des pionniers des activités financières islamiques. Il fut l’un des premiers à promouvoir la création et le développement de produits financiers islamiques adaptés aux marchés mondiaux. Conformément aux prévisions relatives au projet “Argan Bay”, le premier hôtel verra le jour en juin 2006. Si l’on s’en tient aux prévisions du plan, à terme, 45 unités hôtelières devront êtres opérationnelles à fin 2012, ce qui représente une capacité de 20.000 lits. En matière d’impact économique, le projet permettra la création de 20 000 emplois directs et 200 000 emplois indirects. Les équipements, complexes hôteliers et autres types d’hébergement qu’abritera la station sont évalués à près de 2 milliards de dollars (21 milliards de dirhams). Les études marketing de l’aménageur tablent sur un taux moyen d’occupation de 65 % avec un séjour d’une durée moyenne de six jours. La clientèle visée est principalement française (330.000/an) et allemande (241.000/an).
Le prix du terrain a été fixé à 60 dollars/m2 avec une contribution de l’Etat à hauteur de 25 dollars/m2… Sur la base des résultats de l’étude marketing réalisée par Palais des Roses auprès de 42 TO européens, un feed-back concernant les besoins et attentes du touriste européen a été recueilli. La société saoudienne a pu mettre au point son concept d’une station conçue autour de six quartiers. Chacun sera doté d’une identité architecturale propre de manière à ce que le touriste puisse profiter d’un dépaysement. Une randonnée dans le site de la station effectuée en 4×4 a permis de constater l’immensité et la beauté du paysage. Sur six kilomètres de long au pied d’une magnifique plage, le site monte dans les contreforts de l’Atlas sur deux kilomètres. Une route de contournement, qui sera aménagée par l’Etat marocain, permettra de relier l’aéroport “Al Massira” à Argan Bay. Les quatre unités hôtelières de Founty 1 d’une capacité de 3.500 lits devaient être prêtes à accueillir des touristes avant la fin de l’année dernière. Ce sont des hôtels appartenant aux TO allemands (TUI et Nekerman) et aux sociétés Millenium International et Palais des Roses. Quant à Founty 2, quatre autres sont également prévues. La première sera construite par Robinson Club. Le Club ouvrira ses portes à Agadir avant le 1er novembre 2004.
Cependant, le promoteur du palais des Roses, comme révélé par ALM (n°392 du 27 mai 2003), est au centre d’une controverse financière. Les entrepreneurs, ayant participé à la construction du palais des Roses, ont dénoncé des dérives préjudiciables au projet. Contact pris avec le ministère du Tourisme, Jawad Ziyat, le directeur des Investissements précise que le Ministère n’est pas concerné par un litige entre deux entités. Par contre, « les accords contractuels stipulent que les derniers dépôts doivent intervenir avant fin juillet 2003. Après le Ministère réagira », commente le directeur des investissements.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *