Artisanat : Les entreprises du secteur contribuent à hauteur de 16% du chiffre d’affaires

Artisanat : Les entreprises du secteur contribuent à hauteur de 16% du chiffre d’affaires

Cette édition sera marquée par la présence de professionnels de différents continents pour mieux connaître les produits marocains ainsi que les entreprises artisanales.

Le 5ème Salon professionnel de l’artisanat (Minyadina), prévu du 6 au 10 décembre à Rabat sous le haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, ambitionne de contribuer davantage au rayonnement international du secteur. Cette aspiration est affichée, lundi dans la capitale, lors d’une conférence de presse consacrée à la présentation de cette manifestation. Pour favoriser cette renommée, il faut entreprendre d’autres démarches dont la conquête sous d’autres cieux.

Conquérir d’autres marchés

«Ce salon se veut de rassembler des professionnels traditionnels et d’autres marchés que nous voulons conquérir», précise Mohamed Sajid, ministre du tourisme, du transport aérien, de l’artisanat et de l’économie sociale.

Les perspectives étant, à ses yeux, «énormes et prometteuses» pour ce secteur. Cela étant, cette édition sera marquée par la présence de professionnels de différents continents pour mieux connaître les produits marocains ainsi que les entreprises artisanales. Ce sont d’ailleurs 90 participants qui sont attendus à ce salon. Aussi, des conférences animées par des experts marocains et étrangers sont prévues en marge de cet événement pour mieux informer sur le secteur.

Dans ce sens, M. Sajid rappelle que des efforts sont fournis en matière de formation en artisanat. «Nous devons faire connaître ce secteur, voire le faire évoluer», enchaîne-t-il en précisant que deux millions et demi de personnes travaillent dans l’artisanat.   

Un salon qui récolte déjà un succès 

Aux yeux de Jamila El Moussali, une 5ème édition insinue un succès et une évolution de ce salon intitulé cette année «L’art de vivre à la marocaine». Cet événement démontre, selon la secrétaire d’Etat chargée de l’artisanat et de l’économie sociales, l’importance des entreprises qu’elles soient petites ou moyennes. Celles-ci sont, d’après ses dires, un levier. «Nous comptons sur elles pour faire évoluer le secteur», poursuit-elle. Mme El Moussali ne manque pas de conduire, par l’occasion, des chiffres. Ce sont ainsi 900 entreprises qui œuvrent en artisanat. «Nous voulons élargir ce tissu d’entreprises et nous comptons sur ce secteur dans ce sens», indique-t-elle. La secrétaire d’Etat met également l’accent sur le rôle de ces entreprises en emploi. D’ailleurs, celles-ci emploient 5% en artisanat. De plus, il existe un écart sur le plan territorial puisqu’environ 50% des entreprises se situent respectivement à Marrakech, Fès et Casablanca.

Aussi, ces entreprises contribuent à hauteur de 16% au chiffre d’affaires du secteur. Mme El Moussali rappelle également la signature de conventions avec des établissements universitaires pour assurer une formation en artisanat. Dans ce sens, elle précise qu’une convention sera bientôt signée avec le Centre national de recherche scientifique et technique. Elle rappelle également que le volet social figure dans le système législatif régissant la profession d’artisan pour une meilleure protection de celui-ci et organisation de ce métier. Cette loi étant dans le circuit d’approbation.   

Autour du salon

Selon Khalid Alami, président de la Fédération des entreprises d’artisanat, le salon verra, outre les entreprises, la participation de coopératives. Dans l’ensemble, 6 filières seront représentées. Il s’agit de l’artisanat, la décoration, l’ameublement, l’architecture, l’habillement, la bijouterie et des produits du terroir. De même, des acheteurs et prescripteurs sont attendus à l’événement. Ces acheteurs ainsi que les spécialistes étrangers se chiffrent, selon Abdellah Adnani, directeur général de la maison d’artisan, à 30. «Nous voulons que cet événement soit connu à l’échelle internationale à l’instar du Salon Ambiente», avance M. Adnani.

Le directeur de cette maison, qui compte à son actif 60 ans d’existence, rappelle également que ce Salon Minyadina se veut, en outre, de donner un lustre à la marque institutionnelle «Artisanat du Maroc» et d’augmenter le chiffre d’affaires ainsi que de labelliser le secteur.     

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *