ASMEX : Une force de revendication

ASMEX : Une force de revendication

L’Asmex, dont le Bureau exécutif a tenu sa réunion statuaire, mardi dernier, attend toujours du gouvernement que les exonérations accordées aux exportateurs directs soient étendues aux exportateurs indirects. Dans les textes, cette généralisation était prévue depuis l’année dernière. La loi de Finances de l’exercice en cours prévoyait en effet une extension progressive de ces avantages, tout comme le regroupement des instances chargées de la promotion de l’investissement et des exportations en vue de renforcer leur efficacité dans un cadre unifié.
Mais à ce jour, les exonérations sont accordées aux seuls exportateurs dits directs. Au grand dam des fournisseurs de matières premières en amont des exportateurs directs et des opérateurs commerciaux en aval de la chaîne. De plus, les exportateurs directs importent la plupart du temps en admission temporaire et n’achètent pas des produits finis.
Rappelons que, sur ce point, la Direction des Impôts, sur instruction de la Primature, souhaitait, dans un premier temps, réserver ces exonérations d’abord aux sous-traitants qui cédent des produits finis aux donneurs d’ordre installés au Maroc. Ceux-ci n’entrent pas dans la mesure, même en étant tout aussi exportateurs.
Cette rencontre du Bureau exécutif de l’ASMEX avait pour but de mettre au point les dossiers en cours et de fixer un programme des actions à entreprendre. Il s’agissait aussi de faire le point sur la conjoncture marquant le secteur des exportations ainsi que d’élaborer des propositions pour dynamiser les activités exportatrices.
Par ailleurs, les opérateurs ont formulé plusieurs propositions, dont, la mobilisation du parc de l’Office des Changes comme vitrine des exportations marocaines.
D’autres aspects techniques comme la problématique liée à la logistique et au fret maritime étaient à l’ordre du jour. L’Asmex entend notamment redynamiser le Conseil national des chargeurs.
Concernant la future loi de Finances, les Les exportateurs veulent, en outre, une coordination plus étroite avec différents partenaires engagés dans l’export et avec le ministère des Affaires étrangères, dans le cadre d’une commission ad-hoc destinée à l’exportation. C’est dire que la page de l’ONIX (L(Office national pour la promotion des investissements et des exportations), telle qu’elle a été développée l’année dernière, est définitivement refermée. En lieu et place, c’est une matrice pays-produits-exportateurs, faite coordination entre toutes les associations et le CMPE qui verra le jour. Quoi qu’il en soit, la future stratégie sera celle d’une promotion efficace du produit Maroc. Des réunions sont prévues entre les exportateurs et les ministères du Commerce et de l’Industrie.
Une autre rencontre entre les exportateurs est prévue à la fin de ce mois, soit le 29 septembre prochain, dans le cadre de la réunion mensuelle de concertation entre l’Asmex et les Associations professionnelles concernées par l’exportation.
L’occasion certainement de reformuler les attentes concernant la loi de Finances en préparation de l’exercice 2005.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *