ASMEX : Vers le renforcement du circuit Halal

ASMEX : Vers le renforcement  du circuit Halal

Exporter Halal est désormais une préoccupation  que prennent à leur charge les différents industriels particulièrement ceux qui œuvrent dans le secteur de l’agroalimentaire. Le circuit n’est pas simple à franchir, sachant que le chemin n’est pas encore balisé.

Si certains pays disposent d’ores et déjà de plusieurs normes en vigueur, le constat marocain reste plus au moins timide. Le marché du Halal au niveau national ne dispose que d’une seule et unique norme et qui a été transcrite des modèles internationaux, notamment l’exemple malaisien qui reste jusqu’à présent une référence dans ce sens. Cette problématique a été débattue, lundi 13 janvier à Casablanca, lors d’une rencontre tenue par l’Association marocaine des exportateurs (ASMEX).

Principale motivation : Evaluer les opportunités du marché aux produits et services marocains. «L’Asmex est en cours de mettre en place une stratégie basée sur la connaissance précise de ce marché mondial, notamment à travers le recensement de l’offre marocaine, la mobilisation des entreprises à potentiels et l’organisation de leur action dans le cadre d’un club Halal Export de l’Association», a expliqué Abdellah Yacoubi, vice-président de l’Asmex.

Au delà de toute pensée philosophique, la notion du Halal dans le secteur industriel repose sur une pléiade d’exigences. C’est dans cet esprit que l’Institut marocain de normalisation (Imanor) a axé l’élaboration de la norme marocaine 08.0800, dont la dernière version a été homologuée en 2012. «Loin de toutes considérations commerciales, notre priorité était d’accompagner les exportateurs marocains et de faciliter l’accès de leurs produits dans des marchés très rigoureux, notamment les marchés asiatiques», souligne, pour sa part, Abderrahim Taibi, directeur de l’Imanor.

La norme marocaine est le fruit de concertation entre le comité technique de l’Imanor et des représentants du Conseil national supérieur des ouléma. Elle définit les exigences de base de toute la chaîne alimentaire de la réception au produit fini. «Notre objectif est de doter le Maroc d’un référentiel unifié du monde musulman en matière du Halal», ajoute M. Taibi.

La spécificité de la norme marocaine réside dans sa flexibilité. «la norme marocaine est relativement générique, elle ne donne pas d’exigences techniques à respecter mais un certain nombre de lignes directrices qui vont rassurer le certificateur et l’informer d’un certain nombre de règles techniques prises en considération», apprend-on du directeur de l’Imanor.

La labellisation Halal a une portée plus large. Elle peut concerner les viandes et produits dérivés , les laits, les ovoproduits, les poissons, les céréales, les huiles ainsi que les fruits et légumes. Tout comme elle peut toucher les boissons, les eaux, les aliments génétiquement modifiés et les additifs alimentaires. Les exigences concernent à cet égard les origines des aliments, les règles et lieux d’abattage, les instruments et ustensiles d’abattage ainsi que les personnes chargées de l’abattage et les matériaux d’emballage.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *