Audit : Le réseau international d’Andersen en cours d’éclatement

Le projet d’une alliance globale entre Andersen Worldwide et KPMG International n’est plus possible en raison des multiplications d’accords locaux, ont reconnu mardi dans un communiqué commun les deux cabinets qui avaient entamé des discussions en ce sens le mois dernier. Ils « confirment que des membres de chacune des entreprises en-dehors des Etats-Unis poursuivent des négociations pour explorer les fusions de leurs opérations respectives ».
De nombreuses branches régionales d’Andersen, qui est inculpé aux Etats-Unis pour son rôle dans la faillite spectaculaire du courtier en énergie Enron, ont choisi de s’allier à l’un ou l’autre de leurs grands rivaux. De nombreuses entreprises ont préféré faire appel à des concurrents d’Andersen pour examiner leurs comptes parfois après des décennies de collaboration.
La structure même de partenariat, qui caractérise ces cabinets, donne beaucoup plus de latitude aux différentes branches régionales et nationales pour décider de leur propre sort que ne l’auraient des filiales d’une entreprise classique. Mardi, Andersen Espagne a annoncé un accord pour rejoindre immédiatement le groupe Deloitte Touche donnant un coup sans doute fatal à l’idée d’un accord de reprise globale. `Le rapprochement Andersen Espagne/Deloitte and Touche débouchera sur la création du premier cabinet d’audit en Espagne avec une part de marché de 37%.
Au Japon, c’est KPMG qui a été préféré par Asahi, le bras japonais d’Andersen Worldwide. Un accord de principe a été signé le 28 mars. En Australie et en Nouvelle-Zélande, Ernst and Young, un autre des cinq grands, a emporté la mise.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *