Audits externes : Le taux de réalisation des recommandations en hausse de 4 points en 2017

Audits externes : Le taux de réalisation des recommandations en hausse de 4 points en 2017

Gouvernance des établissements et entreprises publics

Plusieurs établissements et entreprises publics (EEP) ont fait l’objet d’un audit externe durant l’année en cours. C’est en tout cas ce que confirment les documents accompagnant le projet de loi de Finances (PLF) 2018. Jusqu’à présent, le programme des audits externes validés concerne l’ONP, les CHU Mohammed VI de Marrakech et Hassan II de Fès, ainsi que l’Université Hassan 1er de Settat pour un audit opérationnel, de gestion et des performances. Cette opération a également visé la CCG, qui a subi un audit de gestion et l’Agence pour la promotion et le développement économique et social des provinces de l’Oriental (APDO) qui a fait l’objet d’un audit institutionnel, opérationnel et de gestion.

Dans le même sens, les sociétés Al Omrane de Marrakech Tamansourt et d’Agadir ont, quant à leur tour, été ciblées par un audit de la fonction de commercialisation des stocks et des produits finis.

Le ministère de l’économie et des finances (MEF) a expliqué que le choix de ces EEP repose sur les risques encourus par celle-ci, la disponibilité ou non des outils et instruments de gestion et les audits réalisés auprès de ces EEP par la Cour des comptes, l’Inspection générale des finances et la DEPP. Par ailleurs, le ministère a indiqué que les missions de suivi et d’évaluation de la mise en œuvre des recommandations des audits réalisés en 2016 et au premier semestre 2017 ont concerné Cnesten, les AREF de Marrakech-Tensift Al Haouz et de Tanger-Tétouan, l’ANP, l’ONHYM, l’Université Mohammed V de Rabat, le CMPE et les Régies de distribution d’eau et d’électricité (Radeema, Rak, Radeeo et Radem). 

Suite à ces évaluations, il s’est avéré que le taux moyen global de réalisations a atteint 68% à fin juin 2017 marquant ainsi une     comparativement à l’année 2016. Durant l’année passée, quatre opérations d’audit ont été effectuées dans plusieurs établissements et entreprises publics, souligne le ministère. Ces opérations concernent la SNTL, les agences urbaines (AU) de Rabat et de Marrakech, l’Institut Pasteur du Maroc (IPM) et l’Office national des œuvres universitaires, sociales et culturelles (ONOUSC). Notons que durant la période 2000-2016, l’État a conduit 71 opérations d’audit qui ont concerné 79 EEP, précise le MEF.

Contrôle financier de l’État : Un chantier en attente 

Parmi les grands chantiers en attente du programme du gouvernement, figure la réforme du contrôle financier de l’État sur les établissements et entreprises publics. Des travaux sont en cours au sein du ministère de l’économie et des finances afin de peaufiner les textes d’application du projet de loi relative à la réforme du dispositif de gouvernance et de contrôle financier de l’Etat sur les EEP. Dans ce sillage, le ministère se penche sur le déploiement du code de bonnes pratiques de gouvernance des EEP et sur la formation des administrateurs. En plus clair, cette réforme se fonde sur une plus grande interaction entre gouvernance et contrôle, l’intégration du management des risques dans l’ensemble du processus de contrôle et l’unicité de la chaîne de contrôle pour plus d’efficacité. Plus encore, elle ambitionne de clarifier les objectifs du contrôle et les responsabilités des différents acteurs, l’instauration d’une nouvelle classification qui permet de définir le type de contrôle applicable à chaque catégorie d’EEP sur la base de critères pertinents et adaptés, ou encore le renforcement et la formalisation du rôle de l’État stratège.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *